Titre original :

Description des facteurs de risque de pneumopathie acquise sous ventilation mécanique en réanimation neuro-chirurgicale et de l’écologie bactérienne dans le but d’optimiser les pratiques de prévention

Mots-clés en français :
  • Anesthésie
  • morphiniques
  • transplantation rénale
  • non-invasif
  • sublinguale

  • Rein -- Transplantation
  • Analgésie contrôlée par le patient
  • Soins médicaux -- Évaluation
  • Transplantation rénale
  • Analgésie autocontrôlée
  • Pneumopathie infectieuse sous ventilation assistée
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Anesthésie Réanimation
  • Identifiant : 2021LILUM629
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 23-11-2021

Résumé en langue originale

Introduction : La chirurgie de transplantation rénale est à risque d’insuffisance rénale postopératoire. Les morphiniques pour l’analgésie postopératoire expose au risque de surdosage par défaut d’élimination. Le profil pharmacocinétique du sufentanil permet de s’affranchir du risque d’accumulation de métabolites actifs et présente donc un intérêt dans cette chirurgie. Une analgésie auto-contrôlée par le patient (ACP) utilisant le sufentanil est habituellement utilisé au CHU de Lille dans cette indication. La réhabilitation précoce après chirurgie met en évidence l’intérêt d’un retour précoce à l’autonomie y compris lors de la chirurgie de transplantation rénale. L’ACP IV étant un frein au retour à l’autonomie, le CHU s’est doté d’une ACP sublinguale de sufentanil (ZALVISO®) pour répondre à cette problématique. L’objectif de cette étude était de comparer l’efficacité antalgique, la tolérance et la sécurité d’utilisation de l’ACP au sufentanil par voie sublinguale par rapport à la voie IV. Matériel et méthodes : Étude observationnelle, rétrospective, monocentrique concernant les patients ayant bénéficié d’une greffe rénale entre le 01/01/2019 et le 31/12/202. 281 patients inclus, 225 analysés en 2 groupes : ZALVISO® (37 patients) et ACP IV (188 patients). Critère de jugement principal : apparition d’une différence entre les 2 groupes pour des douleurs modérées (EN>4) ou intenses (EN>7) durant les 12 premières heures postopératoires. Critères de jugement secondaires : délai de sevrage de l’oxygénothérapie, apparition d’une bradypnée, délai avant reprise du transit, apparition de NVPO. L’impact antalgique de la réalisation d’une ALR a également fait l’objet d’une analyse. Résultats : Les caractéristiques de la population étaient similaires entre les 2 groupes. Seule la proportion d’homme était plus élevée dans le groupe ACP au sufentanil par voie sublinguale. Il n’était pas retrouvé de différence significative pour le niveau d’intensité douloureuse entre les 2 groupes. Le délai de sevrage de l’oxygénothérapie, le delai de reprise du transit, la survenue de bradypnée et l’incidence de NVPO étaient similaires entre les 2 groupes. Conclusion : Cette étude n’a pas mis en évidence de différence significative concernant le contrôle antalgique postopératoire et la sécurité d’utilisation entre l’ACP au sufentanil sublinguale (ZALVISO®) et IV.

  • Directeur(s) de thèse : Lebuffe, Gilles

AUTEUR

  • Lefebvre, Loïc
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre