Titre original :

Comment les consommateurs peuvent-ils réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025 ?

Mots-clés libres :
  • Gaspillage alimentaire ; Bonnes habitudes ; Sensibilisation
  • Consommateurs‎ -- Comportement
  • Langue : Français
  • Identifiant : LIL2_SMIS_2017_090
  • Composante : ILIS
  • Année de soutenance : 2017
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Ingénierie de la santé Nutrition et sciences des aliments
  • Parcours : Inconnu

Résumé

Assurer la sécurité alimentaire de tous est une des raisons pour laquelle le gaspillage alimentaire fait partie des enjeux majeurs dans le monde qu’on tente de limiter de plus en plus. Même si cela touche tous les acteurs de la chaîne alimentaire, avec 20 à 30kg de nourriture jetée par an par personne dans les foyers français, le consommateur joue un rôle très important dans cette lutte. Aujourd’hui de nombreux freins tels que le manque de prise de conscience, l’absence de réglementation ou encore les blocages culturels et sociaux empêchent les consommateurs d’adopter les bonnes habitudes de consommation et d’achat. De plus, l’évolution des pratiques et modes de vie ont révolutionné notre quotidien et les consommateurs ont du s’adapter. C’est pourquoi, il s‘agit ici de guider le consommateur pour atteindre un but recherché : diminuer de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025. L’idée est donc de sensibiliser et responsabiliser le consommateur. Pour cela, le renforcement des moyens de sensibilisation est nécessaire pour rendre les ménages davantage réceptifs mais surtout acteurs du changement. L’accompagnement de tous et la transmission des savoir-faire sur le domaine culinaire, le développement des pratiques collaboratives ou encore l’initiative des banques alimentaires contribuent à cette « éthique » Mots-

  • Directeur(s) de mémoire : Smal-Taha, Justine
  • Membre(s) du jury : Lanier, Caroline

AUTEUR

  • Dao, Ngoc-Tram Lydie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification