Titre original :

Efficacité et Tolérance du Tacrolimus collyre 0,1% dans les kératoconjonctivites sèches sévères

Mots-clés en français :
  • Sécheresse oculaire
  • kératoconjonctivite
  • tacrolimus
  • surface oculaire
  • cornée

  • Kératoconjonctivite
  • Collyres
  • Tacrolimus
  • Sécheresses oculaires
  • Kératoconjonctivite sèche
  • Tacrolimus
  • Résultat thérapeutique
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Ophtalmologie
  • Identifiant : 2023ULILM095
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 28/04/2023

Résumé en langue originale

Les kératoconjonctivites sèches sévères dans le cadre d’un syndrome de Sjogren, un GVH, une KCV et autres pathologies inflammatoires de la surface oculaire sont fréquentes dans la pratique clinique et peuvent s’avérer être résistante aux traitements de première ligne et à la ciclosporine collyre. Devant cette impasse thérapeutique, nous avons étudié l’efficacité et la tolérance du tacrolimus collyre 0,1% dans les signes et symptômes de sècheresse oculaire sévères. Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude épidémiologique prospective monocentrique au CHU de Lille de décembre 2020 à Juillet 2022 sur 35 yeux de 35 patients présentant une kératoconjonctivite sèche sévère résistante ou intolérante aux substituts lacrymaux, aux bouchons méatiques, aux corticoïdes ainsi qu’à la ciclosporine collyre. La qualité de vie des patients a été évaluée avant et après mise en route du traitement à l’aide d’un questionnaire standardisé (OSDI), l’efficacité clinique a été quantifiée à la lampe à fente, avec la mesure du Break Up time Test (BUT) et par la classification d’Oxford. La tolérance au traitement a été mesurée par un questionnaire simple. Résultats : Un nombre de 35 yeux de 35 patients ont été inclus. Les étiologies du syndrome sec étaient dominées par le GVH (25 %), le syndrome de Sjogren (17%) et la KCV (14%). L’âge moyen était de 51,03 ans (± 20,50) le suivi moyen de 380 jours (± 48) Le BUT moyen était retrouvé augmenté de 6,63 secondes [+- 1,3] (p < 0,0001). L’atteinte cornéo-conjonctivale évaluée par la classification d’Oxford était elle aussi améliorée avec une différence de niveau de 4,50 [+-0,53] (p < 0,0001). Le questionnaire OSDI était diminué de 37 (+- 6) (p < 0,0001). La tolérance au traitement était moyenne avec 45% des patients présentant des brulures à l’instillation. La satisfaction générale au traitement était bonne avec plus de 60 % de patients se sentant améliorés après la mise en route du traitement. Conclusion : Cette étude montre que le talymus® est un traitement efficace contre la sécheresse oculaire sévère. Ses indications tendent à évoluer pour permettre une autorisation de mise sur le marché. Le profil de tolérance reste correct avec toute fois la notion de brulure a l’instillation du collyre.

  • Directeur(s) de thèse : Labalette, Pierre

AUTEUR

  • Mehal, Sabrina
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification