Titre original :

Description des séquelles à long terme relevant d’une prise en charge en orthophonie chez les patients ayant bénéficié d’une radiothérapie exclusive ou radiochimiothérapie concomitante pour un cancer des voies aéro-digestives supérieures

Mots-clés libres :
  • Radiothérapie ; séquelles ; cancer des voies aérodigestives supérieures ; qualité de vie
  • Radiotherapy ; sequels ; head and neck cancer ; quality of life
  • Langue : Français
  • Identifiant : ULIL_SMOR_2022_083
  • Composante : Médecine
  • Date de soutenance : 13-06-2022
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Mémoire d'Orthophonie
  • Parcours : Inconnu

Résumé

Les cancers des voies aéro-digestives supérieures représentent la sixième cause de mortalité en Europe et 15% des cancers en France. Ils sont généralement traités par chirurgie et/ou radiothérapie et/ou radio-chimiothérapie concomitante. Si les résultats de ce traitement sont toujours plus encourageants, ils ne sont pas sans séquelles auprès des patients qui en bénéficient. Ces séquelles peuvent avoir des répercussions tant physiques que fonctionnelles et influer sur la qualité de vie des patients. Certaines d’entre elles peuvent néanmoins être prise en charge par l’orthophonie. Afin de mieux cerner quelles sont les séquelles qui persistent au-delà de six mois après la fin d’un traitement médical, et quelles sont celles qui ont une influence néfaste sur la qualité de vie, nous avons proposé quatre questionnaires à 20 patients, et relevé les toxicités rapportées par le médecin lors de la consultation de suivi au Centre Oscar Lambret de Lille. Ces auto-questionnaires s’intéressaient aux troubles de la déglutition, aux troubles de la voix et à la qualité de vie générale ainsi que spécifique aux patients ayant présenté un cancer situé dans la zone de la tête et du cou. Les résultats nous ont permis de mettre en évidence les toxicités qui persistent à distance du traitement : la xérostomie, la dysphagie et la dysgueusie. Ils nous ont également permis de constater que parmi toutes les échelles entrant en compte dans l’évaluation globale de la qualité de vie, celles en lien avec les séquelles étudiées d’un point de vue orthophonique occupaient une place primordiale. Une prise en charge orthophonique peut permettre de pallier les séquelles les plus néfastes pour la qualité de vie chez ces patients. Pourtant, nos résultats soulignent une absence de toxicités à long terme chez la majorité des participants à l’étude. Bien qu’elle ne soit pas généralisable au vu de notre effectif restreint, cette étude est donc tout à fait encourageante quant au bon rétablissement après traitement médical d’un point de vue orthophonique.

Résumé traduit

Head and neck cancers are the sixth leading cause of death in Europe and 15% of cancers in France. They are generally treated by surgery and/or radiotherapy and/or concomitant radio-chemotherapy. Although the results of this treatment are always more encouraging, they are not without sequelae for the patients who receive them. These sequelae can have both physical and functional repercussions and influence the quality of life of patients. Some of them can be managed with the help of speech therapy. In order to better understand which sequelae persist beyond six months after the end of radiotherapy, and which ones have a negative influence on quality of life, we proposed four questionnaires to 20 patients, and recorded the toxicities reported by the oncologist during the follow-up consultation at the Oscar Lambret Centre in Lille. These self-questionnaires focused on swallowing disorders, voice disorders and general quality of life as well as specific to patients with cancer located in the head and neck area. The results allowed us to highlight the toxicities that persist after treatment: xerostomia, dysphagia and dysgeusia. They also allowed us to note that among all the scales taken into account in the global evaluation of quality of life, those related to the sequelae studied from a speech therapy point of view occupied a principal place. Speech therapy can help to alleviate the most harmful sequelae for quality of life in these patients. However, our results show that the majority of the participants in the study did not suffer from long-term toxicities. Although not generalizable due to the small number of participants, this study is therefore very encouraging in terms of good post-radiation recovery from a speech therapy point of view.

  • Directeur(s) de mémoire : Liem, Xavier ; Mouawad, François

AUTEUR

  • Mirabel, Jeanne