Titre original :

Dialogue et dyslexie : impact des croyances

Mots-clés libres :
  • Dialogue ; croyance ; dyslexie ; terrain commun ; fausses-croyances
  • Dialogue ; beliefs ; dyslexia ; common ground ; false belief
  • Langue : Français
  • Identifiant : ULIL_SMOR_2022_021
  • Composante : Médecine
  • Date de soutenance : 13-06-2022
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Mémoire d'Orthophonie
  • Parcours : Inconnu

Résumé

Lors d’un dialogue, afin d’établir ce que l’autre est capable de comprendre, nous avons recours au terrain commun. Le terrain commun est l’ensemble des connaissances que les locuteurs partagent et ont conscience de partager, et il est constitué en partie des croyances vis-à-vis du partenaire de dialogue. Il permet de s’adapter à son interlocuteur. Notre étude met en situation de dialogue six participants normolecteurs, qui sont amenés à interagir avec un compère. Nous avons deux conditions dans cette étude : la condition dyslexie où le compère est présenté comme dyslexique, et la condition contrôle où il ne l’est pas. L’objectif de cette étude est d’évaluer si les croyances des participants envers la dyslexie influencent la situation de communication. Les caractéristiques du discours des participants ont donc été analysées afin de déterminer si les croyances vis-à-vis du compère impactent le dialogue. Nous avons également remis aux participants un questionnaire évaluant leurs connaissances sur la dyslexie. Nous avons dans cette étude uniquement des résultats pour la condition dyslexie, les résultats en condition contrôle sont hypothétiques. Nous observons chez les participants présentant des connaissances erronées sur la dyslexie un phénomène de sur-adaptation lors du dialogue. Les résultats attendus en condition contrôle sont que les participants utilisent moins de mots durant la tâche de dialogue qu’en condition dyslexie. La construction du terrain commun pourrait donc être impactée par les croyances des individus. Cela semble notable surtout en début de dialogue. Il est donc primordial de limiter les fausses croyances de la population sur la dyslexie, car celles-ci peuvent entraver le discours.

Résumé traduit

In a dialogue, in order to establish what the other is able to understand, we resort to common ground. The common ground is the body of knowledge that the speakers share and are aware of sharing and is partly made up of beliefs about the dialogue partner. It allows the speakers to adapt to their interlocutor. In our study, we put six participants in a dialogue situation, who are asked to interact with a counterpart. We have two conditions in this study: the dyslexia condition on which the accomplice is presented as dyslexic, and the control condition where he is not. The purpose of this study is to assess whether participants' beliefs about dyslexia influence the communication situation. Therefore, the characteristics of the participants' speech were analyzed in order to determine whether beliefs about the compere impact the dialogue. We also gave participants a questionnaire assessing their knowledge about dyslexia. In this study, we only have results for the dyslexia condition; the results in the control condition are hypothetical. We observe in participants with erroneous knowledge about dyslexia a phenomenon of over-adaptation during the dialogue. The expected results in the control condition are that participants use fewer words during the dialogue task than in the dyslexia condition. The construction of the common ground could thus be influenced by the beliefs of the individuals. This difference is especially noticeable at the beginning of the dialogue. It is therefore crucial to limit the population's false beliefs about dyslexia, as these may hinder discourse.

  • Directeur(s) de mémoire : Knutsen, Dominique ; Mahé, Gwendoline

AUTEUR

  • Lepelletier-Beaufond, Anne
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification jusqu'au 2024/08/01