Titre original :

Influence des marqueurs collaboratifs produits spontanément dans le dialogue entre des parents et leurs enfants de 4-5 ans sur la mémorisation d'informations langagières : évaluation expérimentale de la mémoire conversationnelle après une tâche d’appariement entre un parent et son enfant de 4-5 ans

Mots-clés libres :
  • Dialogue ; enfant ; mémoire conversationnelle ; terrain commun ; langage, lexique
  • Dialogue ; children ; conversational memory ; common ground ; language ; lexicon
  • Langue : Français
  • Identifiant : ULIL_SMOR_2022_012
  • Composante : Médecine
  • Date de soutenance : 07-06-2022
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Mémoire d'Orthophonie
  • Parcours : Inconnu

Résumé

Selon les théories socio-constructivistes de l’acquisition du langage, le contexte interactionnel avec une personne experte est indispensable pour qu’un enfant apprenne à parler. Ainsi, dès la naissance, le nouveau-né construit son stock lexical en ajoutant des mots à partir des productions qu’il entend de son environnement interactionnel. Puisque cet apprentissage du lexique se réalise en situation de conversation, il est nécessaire de s’intéresser au dialogue qui permet l’apprentissage de nouveaux mots. Chez l’adulte, des recherches ont déjà mis en évidence des processus de collaboration entre deux locuteurs qui interagissent pour constituer un ensemble de connaissances mutuelles, le terrain commun. Afin de comprendre le fonctionnement du dialogue, ces recherches se sont intéressées à la « mémoire conversationnelle », c’est-à-dire la quantité d’informations mémorisée lors d’un dialogue. En revanche, peu de recherches ont été réalisées pour étudier la mémoire conversationnelle chez l’enfant. L’objectif de l’étude MéCoPE dans laquelle s’inscrit ce travail est de vérifier si les biais de la mémoire conversationnelle observés chez l’adulte sont similaires chez l’enfant notamment dans une situation d’apprentissage de nouveaux mots. Nous avons proposé donc une évaluation expérimentale de la mémoire conversationnelle après une tâche de dialogue entre un parent et son enfant âgé de quatre à cinq ans. Les résultats suggèrent que la mémorisation de mots est meilleure quand les références ont été introduites par l’interlocuteur, quand les feedbacks fournis après l’introduction d’une référence dans un dialogue sont explicites et quand les références sont réutilisées dans un dialogue.

Résumé traduit

According to socio-constructivist theories of language acquisition, the interactional context with an expert is essential for learning how to speak. Thus, from birth on, newborns build their lexicon by adding words from the productions they hear in their interactional environment. Since this lexical learning occurs in conversational situations, it is necessary to focus on the dialogue that enables the learning of new words. In adults, research shows that two speakers interact in a joint activity to build up a body of mutual knowledge, the common ground. During an interaction, the adult speaker memorizes an amount of information called ‘conversational memory’. In contrast, no research has been done to study conversational memory in children. The objective of the MeCoPE study was to verify whether the adult's conversational memory biases were similar in children. We therefore proposed an experimental assessment of conversational memory after a dialogue task between a parent and his or her child aged 4 to 5 years. The results suggest that word recall is better when the references were introduced by the interlocutor, when the feedback provided after the introduction of a reference in a dialogue is explicit rather than implicit and when references are reused in a dialogue.

  • Directeur(s) de mémoire : Knutsen, Dominique ; Caët, Stéphanie

AUTEUR

  • Hudelist, Laure