Titre original :

L’exposition du personnel navigant des aéronefs aux organophosphorés

Titre traduit :

Exposure of aircrew to organophosphates

Mots-clés libres :
  • Aéronef ; syndrome aérotoxique ; incidents d’émanation ; TCP ; « bleed air » ; qualité de l’air intérieur ; personnel navigant
  • Plane ; aerotoxic syndrome ; fume events ; TCPs ; bleed air ; inside air quality ; flight attendant
  • Langue : Français
  • Identifiant : LILU_SMIS_2021_076
  • Composante : ILIS
  • Date de soutenance : 16-09-2021
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Ingénierie de la santé
  • Parcours : QEST (qualité, environnement, santé, toxicologie)

Résumé

Depuis plus de vingt ans, le trafic aérien mondial n’a cessé de croître. Personnels navigants commerciaux et techniques permettent chaque année le transport de plus de 4 milliards de passagers à travers le monde. Certains navigants développent au cours de leur carrière une maladie mystérieuse représentée par des symptômes divers, souvent neurologiques et parfois graves dénommée sous le nom de « syndrome aérotoxique ». L’exposition à des molécules toxiques serait la cause. Notre travail s’est inscrit dans ce contexte et a eu pour objectif de déterminer si l’exposition du personnel navigant à ces molécules représente effectivement un risque. Ainsi, nous avons pu (1) Investiguer, par une revue de la bibliographie, la qualité de l’air en cabine et l’origine des possibles contaminations (2) Caractériser le danger des molécules toxiques suspectées, et en particulier les TCP (3) Connaître, par la réalisation d’une étude par questionnaire, la perception du risque par le personnel navigant des aéronefs et (4) Proposer des solutions concrètes que les compagnies aériennes peuvent mettre en place vis-à-vis de ces possibles contaminations. Bien que des données techniques montrent la présence de molécules toxiques à l’intérieur de l’aéronef et que les données de toxicologie caractérisent bien le danger de certaines d’entre-elles, la difficulté d’évaluation de l’exposition rend l’évaluation du risque complexe. Pour autant, des mesures de prévention et de protection sont proposées et peuvent être mises en place pour protéger la santé et la sécurité du personnel navigant. Le « syndrome aérotoxique » sera-t-il bientôt reconnu comme maladie professionnelle ?

Résumé traduit

For more than twenty years, global air traffic has been growing steadily. Commercial and technical flight crews allow the transportation of more than 4 billion passengers around the world each year. During their career, some aircrew develop a mysterious disease represented by various symptoms, often neurological and sometimes serious, called "aerotoxic syndrome". The exposure to toxic molecules would be the cause. Our work was carried out in this context with the aim of determining whether the exposure of flight personnel to these molecules actually represents a risk. Thus, we were able to (1) Investigate, by a review of the bibliography, the quality of the air in cabin and the origin of the possible contaminations (2) Characterize the danger of the suspected toxic molecules, and in particular the TCPs (3) Know, by the realization of a study by questionnaire, the perception of the risk by the flight personnel of the aircraft and (4) Propose concrete solutions that the airline companies can set up with regard to these possible contaminations. Although technical data show the presence of toxic molecules inside the aircraft and toxicology data characterize well the danger of some of them, the difficulty of evaluating the exposure makes the risk assessment complex. Nevertheless, preventive and protective measures are proposed and can be implemented to protect the health and safety of flight personnel. Will the "aerotoxic syndrome" soon be recognized as an occupational disease?

  • Directeur(s) de mémoire : Garçon, Guillaume
  • Membre(s) du jury : Denayer, Franck-Olivier

AUTEUR

  • Markwitz, Hugo
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre