Titre original :

Le patient expert/partenaire, nouvel acteur du système de santé Français : mise en place dans un établissement de santé

Titre traduit :

The expert/partner patient, a new player in the French healthcare system, implementation in a healthcare institution

Mots-clés libres :
  • Malade chronique ; relation soignant-soigné ; alliance thérapeutique ; modèle de Montréal ; savoirs expérientiels ; expertise profane ; patient expert ; limites ; professionnalisation
  • Chronically patient ; healer-healed relationship ; therapeutic alliance ; Montreal model ; experiential knowledge ; lay expertise ; expert patient ; limits ; professionalization
  • Langue : Français
  • Identifiant : LILU_SMIS_2021_062
  • Composante : ILIS
  • Date de soutenance : 23-09-2021
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Ingénierie de la santé Management sectoriel
  • Parcours : Management des établissements médico-sociaux, de la qualité et des risques, et des flux

Résumé

Résultats de la chronicité des maladies ainsi que le développement des technologies d’information et de communication, le malade chronique n’est plus aujourd’hui un simple patient qui subit sa condition et se réfère au médecin pour prendre les décisions pour lui. Plusieurs évolutions de la relation soignant-soigné ont permis de passer d’un modèle paternaliste vers une réelle alliance thérapeutique. De plus, plusieurs modèles internationaux et notamment le modèle de Montréal ont remis le patient au centre du processus de prise en charge en prenant en compte les savoirs qu’il développe en vivant avec une maladie. Le modèle qualifie ces savoirs de savoirs expérientiels. En France, en plus de l’acquisition de cette expertise profane, ces patients vont se former à plusieurs domaines que sont le partage de leur expérience, l’éducation thérapeutique du patient, la communication et d’autres. Ces acquis supplémentaires vont leur permettre de partager ces savoirs expérientiels d’abord avec d’autres patients mais également s’ils le souhaitent avec d’autres professionnels (soignants, gouvernance, tutelle). Leur dénomination varie alors. On parlera de manière générale de patient expert ou partenaire. Suite à une enquête, nous avons pu voir que la notion de patient expert/partenaire n’est pas inconnue des professionnels (97% des professionnels connaissent cette notion). Cependant, mêmes si on assiste actuellement à une mutation des idées communes sur ces patients, leur action connait aujourd’hui certaines limites notamment un manque d’institutionnalisation de leur fonction et un manque de temps pour pouvoir pleinement interagir avec les équipes soignantes. L’intégration pleine dans les établissements via une professionnalisation de la fonction et du temps dédié permettra certainement dans le futur une entière participation de ces experts profanes aux interactions avec les patients et les équipes soignantes.

Résumé traduit

Results of the chronicity of diseases as well as the development of information and communication technologies, the chronically patient isn’t today only a simple patient who suffers his condition and refers to the doctor to make decisions for him. Several evolutions in the healer-healed relationship have made it possible to move from a paternalistic model to a real therapeutic alliance. In addition, several international models, including the Montreal model, have put the patient at the center of the care process by taking into account the knowledge they develop while living with a disease. The model qualifies this knowledge as experiential knowledge. In France, in addition to acquiring this lay expertise, these patients will be trained in several areas of experience sharing, patient therapeutic education, communication and others. These additional assets will allow them to share this experiential knowledge first with other patients but also, if they wish, with other professionals (caregivers, governance, supervision). Their denomination then varies. We will speak generally of expert patient or partner. Following a survey, we were able to see that the notion of expert/partner patient is not unknown to professionals (97% of professionals know this notion). However, even if we are currently witnessing a mutation of common ideas about these patients, their action today knows certain limits including a lack of institutionalization of their function and a lack of time to be able to fully interact with the care teams. Full integration in institutions through a professionalization of the function and the dedicated time will certainly allow in the future a full participation of these lay experts in interactions with patients and care teams.

  • Directeur(s) de mémoire : Glorian, Hélène
  • Membre(s) du jury : Hubert, Hervé

AUTEUR

  • Pinna, Thomas
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre