Titre original :

Quel est le vécu des femmes en situation de précarité sur l’accès à la contraception durant le premier confinement dû au Covid-19 ?

Mots-clés en français :
  • Contraception
  • pandémie
  • continuité des soins
  • vulnérabilité sociale

  • Femmes pauvres
  • Pauvres -- Soins médicaux
  • Contraception
  • Covid-19
  • Confinement (politique sanitaire)
  • Pauvreté
  • Accessibilité des services de santé
  • Contraception
  • Pandémies
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2022ULILM029
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 22-03-2022

Résumé en langue originale

Introduction : La contraception et son accès sont des droits fondamentaux pour les femmes. Depuis la loi Neuwirth, les Centres de Planification et d’Education Familiale occupent avec les médecins généralistes une place importante dans la diffusion de la contraception. Les femmes en situation de précarité consultent et bénéficient moins des structures de soins et d’un suivi gynécologique. Lors de la pandémie dû au Covid-19, un confinement généralisé a été imposé à la population. Il a mis en péril les droits des femmes concernant l’accès à la contraception. Dans ce contexte, nous nous sommes questionnés sur le vécu concernant l’accès à la contraception des femmes en situation de précarité pendant cette période. Matériels et Méthode : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée par des entretiens téléphoniques individuels et semi dirigés auprès de 15 patientes majeures incluses dans le Nord d’après le score EPICES. L’analyse des verbatims a été réalisée d’après le logiciel NVIVO en suivant une approche de théorisation ancrée. Résultats : Quinze patientes ont participé à l’étude. La majorité des patientes a exprimé une absence de difficulté à la poursuite de leur contraception durant le confinement. Concernant les capacités d’adaptation, on retrouve la mise en place d’une routine dans la prise de leur contraception. En utilisant les nouveaux systèmes de communication comme la téléconsultation, elles ont su changer leur méthode de consultation. Grâce à une législation française favorable, elles ont pu bénéficier d’une délivrance. Suite à une bonne communication interprofessionnelle, elles ont gardé un lien de confiance. Les patientes ont également su mettre en application l’éducation thérapeutique qui leur a été transmise. Conclusion : Les femmes en situation de précarité n’ont pas vécu de difficultés majeures d’accès à la contraception pendant le premier confinement. Il a été constaté l’acquisition de compétences par les patientes pour faire face aux changements induits par le confinement et pour satisfaire leurs besoins. Il semble intéressant d’étudier si ces compétences seraient retrouvées chez les femmes en extrême précarité ou se trouvant marginalisées.

  • Directeur(s) de thèse : Eeckhout, Gwendoline

AUTEUR

  • Gérard, Sandra
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre