Titre original :

Analyse médico-économique de l’activité des soins intensifs péri-opératoires de l’hôpital Claude Huriez : un outil pour définir la place de la structure dans les soins critiques de demain ?

Mots-clés en français :
  • Soins critiques
  • SIPO
  • réanimation
  • médico-économique

  • Soins intensifs
  • Économie de la santé
  • Hôpitaux -- Services
  • Soins de réanimation
  • Organisations et économie des soins de santé
  • Administration hospitalière
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Anesthésie Réanimation
  • Identifiant : 2022ULILM024
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 14-03-2022

Résumé en langue originale

Contexte : Jusqu’à présent à l’hôpital Huriez du CHU de Lille, les patients en postopératoire de chirurgie lourde étaient accueillis dans une structure de Soins Intensifs Péri- Opératoires (SIPO). Chaque séjour était alors valorisé d’un supplément journalier d’un montant de 404,08 €. En mai 2020, lors de la reprise des interventions programmées après la 1ère vague de COVID-19, la poursuite du recueil quotidien des actes marqueurs et des scores de gravité a donné l’impression de confirmer un ressenti de longue date quant à la lourdeur et à la gravité des patients pris en charge au sein des SIPO. Matériel et Méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective des séjours de patients âgés de plus de 18 ans, admis pour un motif chirurgical au sein des SIPO de l’hôpital Claude Huriez du CHU de Lille, entre le 14 mars et le 18 juin 2020. L’ensemble des patients admis pour un motif médical, stigmate des modifications structurelles opérées lors de la 1ère vague de COVID-19, n’ont pas été inclus dans l’analyse. Pour chaque patient, nous avons recueilli, en plus de ses comorbidités et caractéristiques de séjour, des scores de gravité (IGS2 et SOFA) ainsi que la présence ou non d’actes marqueurs de suppléance vitale. Nous avons ainsi pu établir une description de la population admise aux SIPO, puis déterminer l’éligibilité de chaque séjour à un supplément journalier de réanimation, d’un montant plus conséquent. Résultats : 108 séjours ont été inclus dans l’analyse. Les patients des SIPO sont graves, avec un IGS2 ≥ 15 dans les premières 24 heures dans 93% des cas (n = 100), et comorbides comme en témoignent les 50% de classes ASA ≥ 3. L’analyse médicoéconomique a permis de conclure que 71% des séjours (n = 77) étaient éligibles à une valorisation en tant que séjour de réanimation, générant une plus-value de 214 062,03 € sur la période étudiée. Conclusion : Notre étude a montré que les patients accueillis aux SIPO de l’hôpital Huriez répondent pour la majorité à une activité de réanimation. Ces données viennent confirmer un ressenti partagé depuis longtemps par les équipes médicales et paramédicales quant à la sévérité des patients pris en charges dans l’unité. Il paraît important de requalifier ce service afin que son fonctionnement soit adapté à la lourdeur des patients qu’il accueille.

  • Directeur(s) de thèse : Lebuffe, Gilles

AUTEUR

  • Bellier, Julien
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre