Titre original :

Utilisation de la spectroscopie fonctionnelle proche infrarouge dans l’évaluation de la réadaptation auditive chez les enfants porteurs d’aide(s) auditive(s) : étude pilote prospective

Mots-clés en français :
  • fNIRS
  • réhabilitation auditive
  • imagerie fonctionnelle
  • pédiatrie
  • réponse hémodynamique cérébrale

  • Troubles de la perception auditive
  • Spectroscopie infrarouge proche
  • Prothèses auditives
  • Correction de la déficience auditive
  • Spectroscopie proche infrarouge
  • Neuroimagerie fonctionnelle
  • Nourrisson
  • Implants cochléaires
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. ORL et Chirurgie cervico-faciale
  • Identifiant : 2022LILUM012
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 25-02-2022

Résumé en langue originale

Introduction : La spectroscopie fonctionnelle proche infrarouge (fNIRS) est une technique de neuroimagerie récente, non invasive. Elle permet de mesurer les concentrations relatives d’hémoglobine oxygénée [HbO] et désoxygénée [HbR] et donc indirectement l’activité fonctionnelle neuronale en réponse à un stimulus. Cette étude visait à établir si la fNIRS était capable de mesurer des réponses corticales provoquées par la stimulation auditive chez des enfants sourds appareillés. L’objectif principal de l’étude était donc de comparer les réponses hémodynamiques significatives des changements de la [HbO] au niveau du cortex auditif, obtenues chez des enfants normo-entendants et des enfants porteurs d’une aide auditive. Matériel et méthode : Il s’agissait d’une étude interventionnelle monocentrique, comparant 2 groupes d’enfants âgés de 3-18 mois. Le groupe A correspondait au groupe contrôle et le B, incluait des enfants sourds appareillés. Un enregistrement fNIRS bi temporale était réalisé. La stimulation consistait en des blocs de répétition de phonèmes alternant avec des périodes silencieuses. Un enregistrement à 65 dB SPL était effectué pour le groupe A et à 65 et 75 dB SPL avec port de la réhabilitation pour le groupe B. Les moyennes des changements de [HbO] induits par le stimulus étaient calculées pour chaque participant. Le test de Wilcoxon était utilisé pour comparer l’importance du changement par rapport à la ligne de base pré stimulation. Un seuil de significativité p < 0,05 était choisi. Résultats : La procédure était bien tolérée. Le protocole d’acquisition et de traitement des données étaient adaptés. Des changements de [HbO] typique et statistiquement significatif étaient obtenus chez 70% des patients du groupe A et chez 77,8% des patients du groupe B lors de l’enregistrement fNIRS à 65 dB SPL et 55,6% des patients lors de celui à 75 dB SPL. Conclusion : Nos résultats suggéraient que la fNIRS était capable de mesurer une activité corticale significative typique chez des enfants appareillés et était adapté à la population pédiatrique.

  • Directeur(s) de thèse : Vincent, Christophe

AUTEUR

  • Toulemonde, Philippine
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification jusqu'au 25/02/2023