Titre original :

Enquête sur l’évolution des pratiques dans la prise en charge des douleurs neuropathiques en médecine omnipraticienne

Mots-clés en français :
  • Enquête
  • douleurs neuropathiques
  • pré-tests
  • omnipraticienne
  • soirée de formation

  • Douleur de désafférentation
  • Soins médicaux -- Évaluation
  • Médecins généralistes
  • Névralgie
  • Pratique professionnelle
  • Guides de bonnes pratiques cliniques comme sujet
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2022ULILM002
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 12-01-2022

Résumé en langue originale

Contexte : Les douleurs neuropathiques sont une pathologie fréquente qui affecte 7% de la population française adulte. Elles peuvent mettre en difficulté les médecins généralistes, souvent en première ligne dans la prise en charge diagnostique et thérapeutique de ces douleurs. L’une des difficultés soulevées est l’accès aux recommandations, réactualisées en février 2019 par la SFETD. L’objectif de ce travail était d’évaluer l’évolution des pratiques des médecins généralistes selon la diffusion des nouvelles recommandations de la SFETD pour la pratique clinique et d’en améliorer l’accès. Matériel et méthodes : Les MG recrutés sur la base du volontariat, au nombre de quinze, travaillaient dans le secteur de Béthune, en cabinet. Une enquête des pratiques en médecine générale avec un pré-test et un questionnaire d’audit devaient être mis en ligne en amont d’une soirée de formation, suivi d’une remise en ligne des mêmes tests un mois après la formation. En raison du contexte sanitaire, la méthodologie a dû être adaptée au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie, il n’a finalement pas été retenu de post-tests Résultats : Ces nouvelles recommandations dans l’ensemble ont bien été reçues par les médecins généralistes recrutés, et certaines étaient déjà intégrées dans leur pratique quotidienne. Les traitements de première ligne tel que la gabapentine et la duloxétine faisaient partie des traitements qu’ils proposaient en première intention. D’autres changements dans les recommandations par rapport à celle de 2010, notamment le passage de la prégabaline en traitement de deuxième ligne était connu par 26.67% des MG recrutés. Conclusion : Dans l’ensemble, les pratiques des MG étaient plutôt cohérentes avec les nouvelles recommandations. La soirée de formation a permis de mettre en avant des freins potentiels à l’application de certaines d’entre elles. Des soirées dans le cadre de la FMC pourraient être un outil permettant d’améliorer l’accès à ces nouvelles recommandations.

  • Directeur(s) de thèse : Lucas, Christian

AUTEUR

  • Cabarrus, Julie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre