Titre original :

Effets de l’adhésion à un programme associant activité physique adaptée et conseils nutritionnels chez les femmes ayant un IMC ≥ 25 kg/m2, en cours de grossesse, sur la grossesse, l’accouchement et le devenir néonatal

Mots-clés en français :
  • Surpoids
  • obésité
  • grossesse
  • programme nutritionnel et sportif

  • Obésité
  • Activité physique adaptée
  • Éducation nutritionnelle
  • Grossesse -- Complications (médecine)
  • Complications de la grossesse
  • Prise en charge de l'obésité
  • Traitement par les exercices physiques
  • Diétothérapie
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Gynécologie obstétrique et médicale
  • Identifiant : 2021LILUM659
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 17-12-2021

Résumé en langue originale

Contexte : L’obésité touche de manière croissante les femmes en âge de procréer et induit des difficultés conceptionnelles et des complications dans le per- et post-partum. Dans ce contexte, il semble important d’encourager les femmes à suivre une activité physique et un régime alimentaire adaptés en cours de grossesse. Nous avons mené une étude entre 2016 et 2018 pour évaluer l’effet de l’assiduité des patientes obèses à un programme associant activité physique et ateliers nutritionnels sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement et sur les données néonatales, et pour établir les facteurs influençant cette adhésion. Matériels et méthode : Cette étude prospective, monocentrique, a inclus des femmes enceintes ayant un indice de masse corporelle supérieur à 25 kg/m². Parmi les patientes participantes au programme, nous avons déterminé deux groupes en fonction de l’assiduité apportée aux séances. Nous avons étudié les variables associées à l’adhésion, les modifications du comportement alimentaire, de l’activité physique et d’affectivité au cours de la grossesse ainsi que les caractéristiques maternelles et néonatales. Résultats : Les patientes assidues avaient un niveau socio-économique supérieur (profession, revenus) et avaient un score d’affectivité positif initial et au cours du suivi supérieur. L’assiduité n’a modifié ni le comportement alimentaire restrictif ou émotionnel, ni l’activité physique, ni les caractéristiques maternelles gravidiques ou néonatales. Il existait un effet sur les comportements alimentaires et l’activité physique lié au temps. Conclusions : La participation à un programme associant activité physique et éducation nutritionnelle a permis la modification des comportements alimentaires et de l’activité physique déclarée des patientes, indépendamment de leur assiduité au programme. Les patientes assidues ont un profil socioéconomique différent des patientes non assidues et une motivation initiale et au cours du suivi plus importante.

  • Directeur(s) de thèse : Deruelle, Philippe

AUTEUR

  • Thiblet, Marie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre