Titre original :

Prise en charge de l’épicondylite par les médecins généralistes : place de la kinésithérapie et de l’auto-rééducation : vécu des généralistes

Mots-clés en français :
  • Epicondylite
  • kinésithérapie
  • médecine générale
  • rééducation et réadaptation

  • Épicondylite
  • Kinésithérapie
  • Médecins généralistes
  • Épicondylite
  • Kinésithérapeutes
  • Médecins généralistes
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2021LILUM656
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 15-12-2021

Résumé en langue originale

Introduction : L’épicondylite est une tendinopathie dégénérative des tendons proximaux des muscles épicondyliens. C'est une maladie du geste très fréquente. L’objectif principal de l’étude est d’étudier la prise en charge des épicondylites, et plus particulièrement la place de la kinésithérapie et de l’auto-rééducation par les médecins généralistes des Hauts de France. L’objectif secondaire est de proposer et d’améliorer une fiche de rééducation des épicondylites, qui serait prescrite par les médecins généralistes aux patients en auto-rééducation. Méthode : Etude qualitative auprès de 14 médecins généralistes des Hauts-de-France par la méthode d’entretiens semi-dirigés. Les entretiens ont été réalisés jusqu’à la suffisance des données. Résultats : Dans notre étude, les médecins donnent des conseils sur l’éviction du geste, le repos, la cryothérapie et parfois les automassages. Certains proposent des exercices de rééducation au domicile. La prescription de kinésithérapie est faite lorsque l’épicondylite persiste. La prescription reste à l’appréciation du kinésithérapeute. Elle comprend en général des massages, ultrasons, ondes de choc et de la rééducation. L’auto-rééducation est généralement prescrite et expliquée par le kinésithérapeute. Les médecins sont favorables à la prescription d’une fiche d’auto-rééducation qui serait réalisée au domicile. Elle est jugée comme simple à réaliser avec peu de moyens. Il est nécessaire de l’adapter au profil du patient. Des alternatives aux poids comme des objets du quotidien sont possibles. Pour une meilleure observance du patient, une collaboration avec la kinésithérapeute serait souhaitable. Conclusion : La kinésithérapie reste un traitement important de l’épicondylite. Les conseils des médecins généralistes et la prise en charge rééducative font partie intégrante du traitement pour soulager, guérir et prévenir les épicondylites.

  • Directeur(s) de thèse : Ponchant, Maurice

AUTEUR

  • Porchet, Jean-Christophe
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre