Titre original :

Dénutrition des sujets âgés de plus de 70 ans suivis à domicile : impact du dépistage systématique au sein de la maison de santé pluriprofessionnelle de Landas

Mots-clés en français :
  • Dénutrition
  • personne âgée
  • dépistage
  • diagnostic
  • prévalence
  • facteurs de risque

  • Dénutrition
  • Maisons de santé
  • Dénutrition
  • Malnutrition
  • Sujet âgé de 80 ans ou plus
  • Prévalence
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2021LILUM153
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 03-06-2021

Résumé en langue originale

Contexte : Le vieillissement de la population induit l’augmentation des pathologies chroniques et donc la part des personnes âgées vulnérables vis-à-vis du risque de dénutrition. Les études, bien qu’anciennes, montrent que sa prévalence peut atteindre 30% dans des populations en perte d’autonomie. De nombreux travaux ont décrit des freins au dépistage en ambulatoire probablement encore plus présents lors des visites à domicile. Son utilité n’est pourtant plus à démontrer. L’objectif est d’évaluer l’impact du dépistage systématique dans une population cible au sein de la maison pluriprofessionnelle de Landas (Douaisis) et de déterminer les situations à risque chez les patients dénutris. Matériel et Méthodes : Etude observationnelle, transversale s’intéressant aux patients de plus de 70 ans suivis exclusivement à domicile. Recueil des situations à risque définies par la HAS et réalisation du MNA comprenant une enquête nutritionnelle, la mesure du poids et de la taille pour le calcul de l’IMC ainsi que l’évaluation de la perte de poids et le dosage de l’albuminémie. Résultats : Sur 104 patients ciblés, 69 ont été inclus. Tous critères confondus, 15 patients étaient dénutris soit une prévalence qui s’élève à 21,7%. La variation du poids ne put être interprétée et l’IMC fut peu contributif dans notre population touchée par « l’obésité » à hauteur de 46,3%. Le score du MNA et l’albuminémie ont permis de mettre en évidence une dénutrition chez 7 patients respectivement. Les troubles cognitifs, un stress psychologique récent et le sentiment d’un état de santé dégradé étaient les situations les plus souvent rencontrées, en accord avec la littérature. Conclusion : Le dépistage systématique au sein de cette population a mis en lumière cinq fois plus de dénutrition qu’avant l’étude. Cette étape est pourtant indispensable à la mise en place d’une prise en charge pour diminuer la morbimortalité qui en découlerait. Une des solutions pourrait être le travail en équipe au sein de MSP. Celles-ci seront bientôt renforcées par la présence d’infirmier en pratique avancée, dotés de compétences spécifiques, qui pourront pallier aux difficultés rencontrées par les médecins généralistes.

  • Directeur(s) de thèse : Duriez, Sylvain

AUTEUR

  • Gorling, Mégane
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre