Titre original :

Eléments prospectifs du diagnostic territorial en santé travail en région Hauts-de-France : étude qualitative par entretiens à partir de l’atlas santé travail

Mots-clés en français :
  • Médecine du travail
  • diagnostic territorial
  • atlas santé travail
  • indicateurs

  • Hygiène du travail
  • Médecine du travail
  • Santé au travail
  • Services de médecine du travail
  • Collecte de données
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine du travail
  • Identifiant : 2021LILUM134
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 27-05-2021

Résumé en langue originale

Contexte : Un des axes du PST 2016-2020 est de développer une méthodologie de regroupement des données pour constituer des diagnostics territoriaux opérationnels en santé travail dans les régions. En Hauts-de-France, un diagnostic territorial a déjà été établi via l’Atlas Santé Travail depuis 2008. Notre objectif était de mener une réflexion sur l’amélioration potentielle de cet outil en identifiant les besoins des acteurs régionaux de la prévention et en définissant les évolutions souhaitables dans le cadre de l’axe 3.13 du PRST. Méthode : Des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès d’un représentant de chaque institution en santé travail, et de quatre CMT, d’octobre 2018 à juin 2019. La grille d’entretien comprenait 6 thèmes : connaissance de l’Atlas, mode de diffusion, forme, fréquence de parution, contenu, suggestions pour l’avenir. L’analyse des verbatims et leurs regroupement a été facilitée par l’utilisation du logiciel QSR N’Vivo12®. Résultats : 35 interlocuteurs ont été entendus. 85% (n=30) connaissaient l’Atlas et 48% (n=17) les dossiers thématiques. La moitié des CMT l’utilisait pour leur projet de service. Il s’agissait principalement d’un outil d’aide à la décision et de partage de connaissance en santé travail. L’outil était jugé opérationnel pour 71% des personnes (n=25). Il ressortait un manque de données de terrain (n=11), principalement de prévention avec une volonté d’obtenir plus de données sur les risques professionnels (n=9). Une des pistes évoquée était le recueil d’un nombre d’indicateurs limité, pertinent, suivi dans le temps, en cohérence avec le PRST, que tous les SST remonteraient. 57% (n=20) suggéraient une version dématérialisée ce qui permettrait d’obtenir des niveaux d’informations plus fins via notamment une carte interactive et ainsi de s’adapter au besoin de chaque public. 68% (n=24) étaient favorable à une ouverture des données et au requêtage. La mobilisation de l’ensemble des acteurs de prévention dans l’élaboration de cet outil était soulignée. Conclusion : Cette étude a mis en avant la difficulté d’obtenir des indicateurs pertinents et performants ainsi qu’un maillage directement fonctionnel pour les divers acteurs de prévention ce qui entrave l’opérationnalité directe de l’outil. Des pistes d’amélioration seraient le traitement de données issus des logiciels des SST en en ciblant un nombre limité et en cohérence avec le PRST ou l’optimisation de l’exploitation des diverses enquêtes santé travail grâce à une contribution plus importante des équipes santé travail. Une autre piste d’actualité serait le développement de l’exploitation statistique des données des DMST via le SNDS à l’avenir.

  • Directeur(s) de thèse : Sobczak, Brigitte - Fantoni-Quinton, Sophie

AUTEUR

  • Bossut (Bécourt), Marion
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre