Titre original :

Sclérodermie systémique et troubles olfactifs

Mots-clés en français :
  • Troubles olfactifs
  • Sclérodermie systémique
  • test olfactif ETOC

  • Sclérodermie généralisée
  • Dysosmie
  • Analyse par cohorte
  • Sclérodermie systémique
  • Troubles de l'olfaction
  • Olfactométrie
  • Prévalence
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. ORL et Chirurgie cervico-faciale
  • Identifiant : 2021LILUM104
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 23-04-2021

Résumé en langue originale

Introduction : Certaines maladies dysimmunitaires font état d’une altération de la fonction olfactive. L’analyse de ce dysfonctionnement a permis des avancées dans la compréhension physiopathologique de ces maladies. Mais qu’en est-il de la sclérodermie systémique ? Matériel et méthode : Nous avons réalisé une étude prospective incluant consécutivement 56 patients atteints de sclérodermie systémique entre le 1er Janvier et le 13 Mars 2020. L’objectif principal de l’étude était d’étudier la prévalence de l’hyposmie dans notre population, définie par un résultat au score olfactif ETOC ≤27. Les objectifs secondaires reposaient sur l’évaluation d’un potentiel lien entre d’une part les résultats obtenus au score ETOC, et d’autre part les caractéristiques démographiques de notre population, la sévérité de la maladie et sa durée d’évolution, l’atteinte muqueuse en endoscopie nasale, et les résultats obtenus aux questionnaires d’anxiété-dépression. Résultats : La prévalence de l’hyposmie dans notre population est de 41,1%. On met en évidence une corrélation significative entre âge et hyposmie (p=0,005). Nous ne mettons pas en évidence de lien entre la sévérité de la sclérodermie, ou sa durée d’évolution, et la présence de troubles olfactifs. En revanche nous retrouvons une corrélation significative (p=0,003) entre les résultats du score ETOC, et la présence d’anomalies muqueuses visualisées en endoscopie nasale. Conclusion : La sclérodermie systémique semble être pourvoyeuse de troubles olfactifs hyposmiques. Devant la présence d’oedème et de sécrétions séromuqueuses constatés en nasofibroscopie, notre hypothèse physiopathologique pour expliquer ces troubles olfactifs hyposmiques serait celle d’une dysfonction périphérique : l’altération de la muqueuse nasale et du film muqueux entraverait l’absorption des molécules odorantes et leur diffusion vers le neuroépithélium olfactif.

  • Directeur(s) de thèse : Mortuaire, Geoffrey

AUTEUR

  • Troux, Camille
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification