Titre original :

Défibrillateurs sous-cutanés : incidence, facteurs prédictifs, pronostic et mécanismes des chocs électriques inappropriés : expérience lilloise et nancéienne de 2012 à 2020

Mots-clés en français :
  • Défibrillateur sous-cutané
  • choc électrique inapproprié

  • Coeur -- Maladies
  • Défibrillateurs implantables
  • Complications (médecine)
  • Soins médicaux -- Évaluation
  • Soins médicaux -- Évaluation
  • Cardiopathies
  • Défibrillateurs implantables
  • Résultat thérapeutique
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Cardiologie et maladies vasculaires
  • Identifiant : 2021LILUM118
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 12-05-2021

Résumé en langue originale

Introduction : Le défibrillateur implantable a fait la preuve de son efficacité dans la prévention de la mort subite. Depuis quelques années, un nouveau dispositif de défibrillation entièrement sous-cutané permet de s’affranchir de certaines complications du défibrillateur trans-veineux (dysfonction de sonde, infection de matériel.). Si il convient particulièrement à certaines populations à risque (cardiopathies congénitales, abord veineux difficile, risque infectieux accru…), les indications du défibrillateur sous-cutané ne cessent d’augmenter. Par contre, les données déjà disponibles retrouvent un taux élevé de chocs électriques inappropriés dont nous avons choisi d’étudier l’incidence, le pronostic, les facteurs prédictifs et les mécanismes dans une cohorte bi-centrique. Méthode : Travail rétrospectif bi-centrique (CHU Lille, CHU Nancy) mené sur 483 patients implantés d’un défibrillateur sous-cutané en prévention primaire ou secondaire entre 2013 et 2020. Résultats : Après un suivi médian de 2.4 années (28.8 mois), 52 patients (10.7%) ont reçu un total de 87 chocs électriques inappropriés. L’incidence cumulée est de 6% à 1 an, 9% à 2 ans et 12% à 3 ans. En analyses multivariées, deux facteurs sont prédictifs de choc électrique inapproprié : la taille du patient (HR 1.04, IC 95% [1.0004-1.08], p=0.049) et l’indisponibilité (HR 4.53, IC 95% [1.9-10.6], p=0.0006) ou la désactivation (HR 5.2, IC 95% [2.5-10.6], p<0.0001) du filtre de haute résolution SMART Pass. La survenue d’un choc électrique inapproprié ne modifie pas le pronostic des patients (HR 1.38, IC 95% [0.68-2.8], p=0.37) sur notre critère composite de jugement (décès toutes causes, hospitalisation pour insuffisance cardiaque, transplantation cardiaque). Les phénomènes de sur-détection cardiaque (mécanisme 2) et surtout non cardiaque (mécanisme 3) sont plus souvent à l’origine de chocs inappropriés que les tachycardies supra-ventriculaires (mécanisme 1). Nous avons identifié dans notre série, cinq patients qui ont présenté une perte de signal paroxystique et inexpliqué aboutissant à au moins 1 choc inapproprié. Conclusion : Les taux d’incidence de chocs inappropriés retrouvés dans notre cohorte sont comparables avec les données récentes disponibles dans la littérature. La survenue de cet évènement indésirable n’est pas associée à une aggravation du pronostic sur notre critère de jugement. La grande taille du patient et l’indisponibilité ou l’inactivation du SMART Pass sont des facteurs prédictifs de chocs inappropriés. Ces chocs inappropriés surviennent majoritairement dans les suites de sur-détections cardiaques et non cardiaques. Un suivi à plus grande échelle et surtout à plus long terme devrait nous aider à comprendre l’évolution de la détection sous-cutanée du signal dans le temps.

  • Directeur(s) de thèse : Marquie, Christelle

AUTEUR

  • Docq, Clémence
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre