Titre original :

Formation à la prise en charge d’une alerte AVC par la simulation : ressenti interdisciplinaire d’internes de neurologie et radiologie

Mots-clés en français :
  • Simulation
  • AVC
  • formation
  • pédagogie
  • PRÉSAGE

  • Maladies cérébrovasculaires
  • Médecine -- Étude et enseignement -- Simulation, Méthodes de
  • Internes (médecine)
  • Accident vasculaire cérébral
  • Formation par simulation
  • Internat et résidence
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Radiodiagnostic et imagerie médical
  • Identifiant : 2021LILUM117
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 12-05-2021

Résumé en langue originale

Contexte La rapidité de mise en oeuvre et la coordination interdisciplinaire conditionnent le pronostic de l’AVC ischémique à la phase aigüe. La simulation médicale est un outil pédagogique adapté au développement des savoir-faire et savoir-être des internes en médecine.L’objectif principal était d’évaluer le ressenti d’internes de radiologie et neurologie ayant suivi une formation multidisciplinaire par la simulation à la prise en charge de l’AVC en phase aiguë. L’objectif secondaire était d’apprécier la valeur ajoutée pédagogique de cette approche en termes d’évolution de connaissances théoriques et des savoir-faire. Méthode Nous décrivons la mise en place d’une formation basée sur le jeu de rôle et axée sur la communication interdisciplinaire avec trois scénarios de difficulté croissante joués par des internes en radiologie et neurologie. La formation était évaluée selon le modèle de Kirkpatrick par des questionnaires de satisfaction et d’analyse des émotions (niveau 1), des évaluations pré- et post-test des connaissances théoriques et compétences non techniques (niveau 2). 41 apprenants, 21 en radiologie et 20 en neurologie ont participé à la formation. Un groupe contrôle de 7 apprenants en radiologie n’a pas suivi la formation. Résultats Les émotions positives obtenaient les scores les plus élevés (p<0.001). L’émotion positive recueillant le score moyen le plus élevé était l’intérêt (5.4/6), l’émotion négative la plus forte était la peur (3.2/6). Le niveau de stress moyen ressenti pendant la formation était de 40/100, significativement plus élevé pour les jeunes internes (p=0.04). Les apprenants jugeaient la pertinence de la formation élevée (6.7/7) et se montraient optimistes sur l’application dans la pratique quotidienne (6/7). Il n’existait pas de différence significative liée à la discipline des apprenants. Le principal message clé était la communication, le point fort était le réalisme et le point à améliorer était la variété des scénarios. Dans le sous-groupe des apprenants en radiologie les scores de connaissances théoriques et compétences non-techniques progressaient significativement au cours de suivi (p=0.02 et p<0.01). Les scores ne différaient cependant pas significativement de ceux du groupe contrôle. Conclusion Le ressenti extrêmement positif des apprenants plaide pour une utilisation plus large de la simulation dans la formation des internes en médecine. Des études randomisées comparatives pourraient permettre de préciser les modalités précises de mise en oeuvre dans le but d’optimiser le transfert des compétences en pratique clinique.

  • Directeur(s) de thèse : Kuchcinski, Grégory

AUTEUR

  • Delemar, Victor
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre