Titre original :

Comparaison de sous-groupes de patients malades Alzheimer jeunes en fonction du génotypage de l’apolipoprotéine E

Mots-clés en français :
  • Maladie d’Alzheimer
  • sujet jeune
  • apolipoprotéine E
  • TEP 18F-FDG

  • Alzheimer, Maladie d'
  • Tomographie par émission
  • Fludésoxyglucose (18F)
  • Apolipoprotéine E
  • Maladie d'Alzheimer
  • Tomographie par émission de positons couplée à la tomodensitométrie
  • Fluorodésoxyglucose F18
  • Apolipoprotéines E
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine nucléaire
  • Identifiant : 2021LILUM094
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 21-04-2021

Résumé en langue originale

Introduction : L’apolipoprotéine E (ApoE) existe sous plusieurs isoformes. L’allèle ε4 de ApoE est un facteur de risque bien connu de la maladie d’Alzheimer (MA). L’impact de son génotypage sur la clinique et la neuroimagerie, a été de nombreuses fois étudié chez les sujets âgés malades Alzheimer, et ce majoritairement en transversal. L’objectif de notre étude est au sein d'une population de patients malades Alzheimer jeunes, de comparer les caractéristiques neuropsychologiques, la topographie et l'évolution de l'hypométabolisme cérébral entre différents sous-groupes de patients déterminés en fonction de leur génotype ApoE. Matériel et méthodes : Au sein de la cohorte COMAJ, nous avons sélectionné les patients malades Alzheimer sporadiques ayant à la fois une TEP au 18F-FDG, une IRM cérébrale et le résultat du génotypage de l'ApoE au moment de l’inclusion. Deux groupes ont été constitués : le groupe E3 regroupant les homozygotes pour l’allèle ε3 et le groupe E4 ayant au moins un allèle ε4 de l’ApoE. L’effet de volume partiel des TEP cérébrales a été corrigé grâce au logiciel PVElab, en utilisant l'IRM cérébrale. Les acquisitions TEP corrigées ont été comparées entre les 2 groupes dans le référentiel cortical surfacique à l’aide du logiciel d’analyse statistique paramétrique Freesurfer®. Une première comparaison à l’inclusion, des données neuropsychologiques et des TEP, a été réalisée. Une deuxième analyse longitudinale des mêmes données sur une période de 3 ans a été effectuée, entre nos deux groupes. Résultats : 99 patients ont été inclus dont 46 dans le groupe E3 et 53 dans le groupe E4. Nos deux groupes diffèrent par des profils cliniques différents. Le groupe E4 est majoritairement représenté par un profil typique amnésique de la maladie d’Alzheimer. Le groupe E3 est représenté essentiellement par des formes atypiques de la MA. Les différences observées en TEP à l’inclusion semblent être liées aux phénotypes cliniques différents. Nous n’avons pas su mettre en évidence de différence de déclin cognitif entre nos deux groupes. Cependant, la progression de l’hypométabolisme cérébral est plus marquée dans le groupe E3 que dans le groupe E4. Conclusion : Notre étude montre que le génotypage de l’apolipoprotéine E influence le profil clinique des patients malades Alzheimer jeunes : les patients porteurs de l’allèle ε4 ont un phénotype clinique typique amnésique alors que les non porteurs de cet allèle ont des formes plus hétérogènes et atypiques de la maladie. Les différences d’activité métabolique entre les deux groupes semblent liées à la différence de sous type clinique. La démonstration d’un déclin métabolique plus important dans le groupe non porteur de l’allèle ε4 de l’apolipoprotéine, malgré l’absence de différence de déclin cognitif clinique entre les deux groupes, montre l’intérêt majeur de la TEP comme outil de suivi de l’évolutivité de la maladie.

  • Directeur(s) de thèse : Jaillard-Dubois, Alice

AUTEUR

  • Karimdjee, Mourtaza
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification jusqu'au 01/12/2021