Titre original :

Intérêt du préconditionnement de la rachianalgésie à la morphine au cours des hépatectomies

Mots-clés en français :
  • Préconditionnement
  • morphine
  • ischémie-reperfusion
  • hépatectomie
  • intrathécal

  • Foie -- Chirurgie
  • Lésions d'ischémie-reperfusion
  • Rachianesthésie
  • Médicaments -- Administration par voie intrathécale
  • Morphine
  • Hépatectomie
  • Lésion d'ischémie-reperfusion
  • Rachianesthésie
  • Morphine
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Anesthésie Réanimation
  • Identifiant : 2021LILUM071
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 06-04-2021

Résumé en langue originale

Contexte : La chirurgie est la pierre angulaire du traitement des tumeurs du foie. Le saignement peropératoire est le facteur majeur de mauvais pronostic post-opératoire. Afin de limiter le saignement, le chirurgien à recours au clampage du pédicule vasculaire. Ce clampage puis le déclampage provoque des lésions dit d’ischémie-reperfusion pourvoyeur de radicaux libres délétères pour la reprises de la fonction des hépatocytes. Afin d’éviter ce phénomène plusieurs techniques ont été proposées dont les méthodes de préconditionnement à l’ischémie. Parmi ces procédés, l’utilisation de la morphine intrathécale a déjà montré son efficacité chez le rat. Le but de cette étude est de vérifier cette méthode chez l’homme. Matériel et Méthodes : Etude rétrospective, monocentrique, ancillaire de l’étude CATHEPAT. 120 patients analysés en deux groupes : groupe 1 témoin, PCA morphine (60 patients) / groupe 2 expérimental, PCA morphine et rachi morphine (60 patients). Critère de jugement principal : Pic de transaminases dans les 5 jours post-opératoire. Critères de jugements secondaire : Variation du taux de transaminases durant les 5 jours postopératoire, variation du TP et du FV, variation de la bilirubine totale et de l’albumine, pic de créatinine, d’urée, de troponine et de lactates, l’évaluation de la morbi-mortalité postopératoire et la durée de séjour. Résultats : Il n’existe pas de différence significative sur le pic de transaminases. Pic d’ASAT à 326 UI/L [224 ; 493] dans le groupe 1, 320 UI/L [225 ; 493] dans le groupe 2 (p = 0,67) et pic d’ALAT à 333 UI/L [218 ; 491] pour le groupe 1 et 375 UI/L [211 ; 507] pour le groupe 2 (p = 0,65). Il existe une différence significative concernant le taux de lactates post-opératoire (p = 0,012). Il n’est pas retrouvé de différence significative pour le reste des critères secondaires. Conclusion : Chez l’homme, il n’a pas été mis en évidence d’effet de la rachianalgésie à la morphine sur l’ischémie-reperfusion au cours de la résection hépatique.

  • Directeur(s) de thèse : Jeanneteau, Antoine

AUTEUR

  • Dufour, Arnaud
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre