Titre original :

Epidémiologie des patients ayant présenté une grippe diagnostiquée par PCR aux urgences du CHU de Lille sur l’hiver 2018-2019

Mots-clés en français :
  • Grippe
  • pneumopathie bactérienne post grippale

  • Grippe
  • Hôpitaux -- Services des urgences
  • Grippe
  • Grippe humaine
  • Pneumopathie bactérienne
  • Techniques de diagnostic moléculaire
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2021LILUM064
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 01-04-2021

Résumé en langue originale

Contexte : La grippe saisonnière est une infection respiratoire fréquente et très contagieuse. La pneumopathie bactérienne post grippale est une complication fréquente et potentiellement grave de la grippe. Objectifs : L’objectif principal de cette étude est de décrire la population ayant consulté aux urgences du CHRU de Lille pour une grippe diagnostiquée par PCR durant l’hiver 2018-2019. L’objectif secondaire est de retrouver des facteurs de risques de pneumopathie bactérienne post grippale. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive, monocentrique, de 196 patients. La période d’inclusion s’étend de novembre 2018 à avril 2019. Nous avons inclus les patients adultes se présentant aux urgences du CHRU de Lille, et qui ont eu une grippe confirmée par PCR. Résultats : La population étudiée est assez âgée, avec une moyenne d’âge de 62,2 ans. Environ 60% des patients présentent au moins un facteur de risque de complication. Toutes les grippes diagnostiquées dans cette étude sont des grippes A. La fièvre est présente dans 55,6% des cas. 35,7% des patients présentent des signes de gravité à leur arrivée aux urgences. Près de la moitié des patients présentent une complication de la grippe et 30% de ces complications sont des pneumopathies. Concernant la prise en charge, plus de la moitié des patients atteints d’une grippe ont bénéficié d’une antibiothérapie. L’antibiotique le plus utilisé est l’amoxicillineacide clavulanique. 60% des patients sont hospitalisés, dont 9,3% en réanimation. La durée moyenne d’hospitalisation est de 9,9 jours. 8 patients soit 4,1% sont décédés. Nous n’avons pas retrouvé de facteur de risque de pneumopathie bactérienne post grippale. Conclusion : L’hiver 2018-2019 a été marqué par la circulation quasi exclusive de la grippe A. Il y a eu une proportion importante de formes sévères de grippe.

  • Directeur(s) de thèse : Panaget, Sophie

AUTEUR

  • Devey, Quentin
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre