Titre original :

Alternatives au greffon de conjonctif enfoui dans le traitement des récessions tissulaires marginales : L-PRF et matrices de collagène xénogéniques, revue systématique de la littérature sur 5 ans

Mots-clés en français :
  • Parodonte-chirurgie
  • matrice de collagène xénogénique
  • concentré plaquettaire
  • greffon porcin
  • greffon conjonctif enfoui

  • Récession gingivale
  • Fibrine
  • Collagène
  • Revue de la littérature
  • Fibrine riche en plaquettes
  • Parodontie
  • Langue : Français
  • Discipline : Chirurgie dentaire
  • Identifiant : 2020LILUC021
  • Type de thèse : Doctorat de chirurgie dentaire
  • Date de soutenance : 18-05-2020

Résumé en langue originale

Les récessions tissulaires marginales sont une pathologie parodontale dont la première étiologie est la plaque dentaire à laquelle s’ajoute des facteurs prédisposants et aggravants. Celle-ci entrainera des motifs de consultation comme l’hypersensibilité dentinaire, les caries radiculaires, ou troubles esthétiques qui nécessiteront un traitement. Dans un premier lieu celui-ci sera non chirurgical et chirurgical pour obtenir un recouvrement radiculaire. Deux alternatives chirurgicales, pour pallier les limites du greffon conjonctif enfoui, ont été mises en place. Tout d’abord un concentré plaquettaire, en particulier le « Leucocyte-Platelet Rich Fibrin ». Celui-ci sera associé à un lambeau positionné coronairement pour recouvrir les récessions gingivales et grâce à sa constitution, il permettrait de reconstituer le parodonte. La seconde option analysée est la matrice de collagène xénogénique, d’origine porcine avec MucograftÒ et MucodermÒ. Grâce à leur constitution en collagène I et III, elles permettraient également de régénérer les tissus parodontaux. Le but de cette thèse est, grâce à une explication des deux protocoles et une revue systématique de la littérature, de tirer les bénéfices et l’apport de ces deux nouvelles techniques mais également de les comparer au gold standard actuel qu’est le greffon de conjonctif enfoui dans le traitement des récessions gingivales multiples de classe I et II de Miller. Ainsi elle permet également de donner les possibles méthodes d’utilisation de ces alternatives encore peu documentées afin de garantir leur bon usage.

  • Directeur(s) de thèse : Petit, Jérôme

AUTEUR

  • Sergeant, Apolline
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre