Titre original :

Pourquoi certains patients sont-ils opposés à la réalisation de la consultation par l’interne en stage ambulatoire ?

Mots-clés en français :
  • Patients
  • refus de participer
  • formation académique
  • recherche qualitative

  • Résidents (médecine)
  • Patients -- Coopération
  • Consultation médicale
  • Internat et résidence
  • Refus de participer
  • Consultation médicale
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine générale
  • Identifiant : 2021LILUM026
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 09-02-2021

Résumé en langue originale

Contexte : Le nombre de MSU a fortement augmenté ces dernières années. L’interne modifie les modalités de consultation, une relation triangulaire se crée. Des patients refusent d’être vus par l’interne en consultation voire sa présence lors de celle-ci. Objectif : Explorer le vécu des patients refusant de voir l’interne en consultation, afin de comprendre les raisons de ce refus et d’y répondre de manière adaptée. Méthode : Étude qualitative avec analyse inspirée de la théorisation ancrée. Entretiens individuels compréhensifs de patients ayant déjà refusé de voir l’interne en consultation. Analyse triangulée avec l’aide du logiciel QSR Nvivo® 12 Pro. Résultats : Le vécu du refus était lié aux 3 acteurs de la consultation. En refusant l’interne, le patient se positionnait comme un acteur de sa santé, qui s’exprimait et faisait ses propres choix. Son refus était aussi une réponse à la difficulté du changement, qui pouvait être vu comme une contrariété qu’il voulait éviter. L’attachement du patient à son médecin traitant expliquait en partie le refus de l’interne. Le patient prenait plaisir à voir son médecin traitant, son unique interlocuteur en opposition avec l’interne qui n’était en stage que durant six mois. Le patient n’avait pas le même vécu avec l’interne, c’était un inconnu en qui il n’avait pas toute confiance. Des patients le refusaient pour se protéger, d’autres pour préserver leur intimité. Le patient ne voulait pas prendre de risque, en refusant l’interne pour les soins pour lesquels il l’estimait incompétent. Son vécu dépendait d’autres variables, et les interactions entre lui, le MSU et l’interne étaient à l’origine d’un manque de compréhension favorisant le refus. Conclusion : Chaque patient avait son propre vécu et ses explications au refus. Ce refus dépendait de multiples variables s’articulant autour des trois acteurs de la consultation. Chaque situation de refus devrait être explorée individuellement. Le MSU parait être le mieux placé pour faire le lien entre les trois intervenants. Interroger son vécu permettrait d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion.

  • Directeur(s) de thèse : Cunin, Michel

AUTEUR

  • Helbecque, Tom
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification jusqu'au 01/03/2022