Titre original :

Approche pluridisciplinaire des pratiques d'exception : sociologie, anthropologie et histoire

Mots-clés en français :
  • Pratiques d'exception
  • Pratiques d'exception

  • Pratiques politiques
  • Immigrés clandestins
  • Hommes politiques
  • Violence politique
  • Violence urbaine
  • Violence urbaine
  • Économie souterraine
  • Épistémologie des sciences sociales
  • Langue : Français
  • Discipline : Lettres et Sciences humaines
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 01-01-2004

Résumé en langue originale

Une chronologie et les résultats produits par notre parcours de recherche pluridisciplinaire sont retracés dans cette habilitation. Ces recherches, menées au cours de quinze ans, ont concerné trois disciplines (sociologie, anthropologie et histoire) et ont porté sur des objets différents :.la longévité des acteurs politiques africains, les migrants clandestins d'origine congolaise en France, les conflits politiques armés, les " brutalités" interpersonnelles à Johannesburg (Afrique du Sud). Pour engager une réflexion générale sur ce parcours, tous ces phénomènes sociaux ont été qualifiés de "pratiques d'exception ". Cette notion vise à rendre compte de pratiques qui permettent à des individus de s'ajuster, de manière routinière, aux conduites des uns et des autres à l'occasion de situations qui ébranlent leur sentiment de familiarité avec leur propre société - c'est -à-dire avec ses normes et ses lois - et qui mettent en cause les modes de reproduction de celle-ci. Ces pratiques, constituées en objets de recherche, font achopper les sciences sociales à leurs limites. Afin de contribuer à leur dépassement, cette HDR propose une réflexion épistémologique sur les méthodes de recueil de données (des points de vue quantitatif et qualitatif, de la question de l'engagement du chercheur, de l'implication de l'informateur dans la constitution des matériaux, etc.) et de la construction de l'analyse (prise en compte des dimensions, à la fois, structurale, dynamique, locale, globale, etc.). Le regard que nous portons sur nos anciens travaux a permis d'élaborer une sociologie historique qui privilégie la prise en compte des " événements" plutôt que des variables. Cette approche attire l'attention sur l'idée que la compréhension des pratiques d'exception nécessite . d'appréhender une pluralité d'événements hétérogènes, c'est-à-dire se déroulant dans leur propre espace temps, leur ajustement et mise en cohérence relative. Un tel choix n'a de sens qu'à partir du moment où le caractère non linéaire de la démarche méthodologique est postulé et où l'aspect processuel des univers sociaux est appréhendé. Ce choix s'élabore dans le cadre d'un mode d'intelligibilité,. organisé par une intrigue construite par le chercheur. Désirant expliciter l'articulation d'événements de niveaux différents dans le cadre de ces pratiques d'exception, notre travail a ainsi abouti à construire un modèle qui combine deux concepts: la phase et la séquence. Ces deux concepts prennent en compte des phénomènes non seulement temporels mais aussi spatiaux, et d'autre part sont aussi des constructions théoriques permettant d'organiser la réflexion sur l'action.

  • Directeur(s) de thèse : Guichaoua, André

AUTEUR

  • Bazenguissa, Rémy
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification