Titre original :

L'évolution de la durée de vie dans le complexe d'espèces Beta

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de la vie et de la santé
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 01-01-2001

Résumé en langue originale

ion future). De plus les taxons itéropares augmentent leur effort reproducteur avec la richesse nutritive du milieu. Cependant ceci est fixé à chaque nouvel épisode de reproduction, car le schéma d'allocation de ressources est globalement fixé avant la formation des boutons floraux, probablement dès l'initiation de la floraison. Le déterminisme génétique de la capacité à survivre après la reproduction (itéroparité) semble simple : deux locus seraient suffisants. Dans les populations naturelles de betterave maritime, itéropare, les longues durées de vie sont associées à des habitats stables et les courtes à des habitats anthropisés et perturbés. Le climat apporte également des causes externes de mortalité (gel, sécheresse) et influence la longévité. Enfin un effet ressource du climat a confirmé les résultats d'un modèle d'allocation optimale des ressources qui suggère que des durées de vie plus longues et des âges à la maturité plus tardifs sont favori sés dans des conditions densité-indépendantes lorsque les ressources diminuent. La durée de vie est un caractère extrêmement variable parmi les espèces animales et végétales. En théorie ce trait d'histoire de vie fondamental est lié à la reproduction par une relation de compensation et subit des pressions de sélection importantes de la part des conditions environnementales, notamment les causes externes de mortalité. Le complexe d'espèces Beta (betteraves sauvages en particulier) montre une grande diversité de durées de vie, de l'annualité à l'itéroparité (plusieurs épisodes reproductifs) à longue durée de vie et se prête particulièrement bien à l'étude de l'évolution de la longévité. En conditions contrôlées nous avons montré au sein de ce complexe que l'effort reproducteur (allocation relative à la reproduction) diminue lorsque la durée de vie augmente. Chez les betteraves itéropares à longue durée de vie, l'investissement à la reproduction actuelle est négativement corrélé à l'investissement à la survie (ou reproduct

  • Directeur(s) de thèse : Van Dijk, Henk

AUTEUR

  • Hautekeete, Nina-Coralie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre