Titre original :

Malformation artério-veineuse cérébrale maternelle et grossesse : à propos de 138 grossesses

Mots-clés en français :
  • Malformation artério-veineuse cérébrale maternelle, risque hémorragique, grossesse, voie d’accouchement

  • Maladies cérébrovasculaires
  • Grossesse
  • Hémorragie cérébrale
  • Malformations artérioveineuses intracrâniennes
  • Grossesse
  • Hémorragies intracrâniennes
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Gynécologie obstétrique et médicale
  • Identifiant : 2012LIL2M034
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 26-03-2012

Résumé en langue originale

Contexte : L’incidence des MAV cérébrales est estimée entre 1,1 et 1,4/100.000 par an dans la population générale. Dans 1 cas sur 2 à 2 cas sur 3 la MAV se révèle par une hémorragie intracrânienne. L’influence de la grossesse sur le potentiel hémorragique d’une MAV est très controversée. Méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective portant sur l’ensemble des patientes ayant eu une grossesse prises en charge pour une MAV cérébrale entre 1997 et 2007 dans le service de neurochirurgie du centre hospitalier de Lille. Nous avons apparié chaque patiente à elle même afin de déterminer le taux moyen annuel de saignement pendant et hors grossesse pour chacune. Nous nous sommes également intéressés à l’impact de la connaissance de la MAV sur la prise en charge obstétricale des grossesses. Résultats : Soixante dix patientes ont été incluses permettant l’étude de 138 grossesses. L’âge moyen au diagnostic était de 30 ans. Le taux de saignement au diagnostic de la MAV était de 39%. Onze diagnostics de MAV, avec 7 hémorragies, ont été faits pendant une grossesse. Le taux moyen annuel de saignement de la MAV par patiente était de 0,0126 ± 0,0236 hors grossesse et de 0,0951± 0,0316 (p=0,45) pendant grossesse. La connaissance de la MAV a engendré significativement plus de césarienne (p<0,001). Conclusion : La grossesse n’augmente pas significativement le risque hémorragique d’une MAV cérébrale. Quant à la prise en charge obstétricale, en dehors d’un épisode de saignement récent (césarienne), aucune voie d’accouchement n’est à privilégier et l’analgésie péridurale n’est pas contre-indiquée.

Résumé traduit

...

  • Directeur(s) de thèse : Thines, Laurent

AUTEUR

  • Carillon, Marie-Astrid
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre