Titre original :

Impact de la chirurgie bariatrique sur le devenir obstétrical

Mots-clés en français :
  • Chirurgie bariatrique, obésité, pronostic obstétrical

  • Obésité - Chirurgie
  • Grossesse
  • Chirurgie baryatrique
  • Médecine de l'obésité
  • Pronostic de la grossesse
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Gynécologie obstétrique et médicale
  • Identifiant : 2012LIL2M006
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 16-01-2012

Résumé en langue originale

Contexte : le but de cette étude était d'évaluer le pronostic obstétrical des patientes ayant eu une chirurgie bariatrique et d'analyser les particularités du suivi de leur grossesse Matériel et méthodes : une étude rétrospective a été menée sur 63 grossesses issues de patientes opérées (51 anneaux gastriques (AG), 11 bypass gastriques et 1 sleevegastrectomie) en comparaison à 259 grossesses issues de patientes obèses (indice de masse corporelle - IMC >40) non opérées. Les issues de grossesse et les données néonatales ont été comparées entre les 2 groupes. L'influence du délai entre l'intervention et le début de grossesse, du type de technique chirurgicale et le rôle du desserrement de l'AG ont secondairement été analysées. Résultats : les patientes opérées développaient moins de diabète gestationnel que les patientes obèses (14% vs 26% ; p = 0,05), accouchaient plus souvent de manière eutocique (60% vs 40% ; p = 0,004) et donnaient naissance à moins d'enfants macrosomes (8% vs 19% ; p = 0,04) et petits pour l'âge gestationnel (10% vs 21% ; p = 0,04). L'état néonatal était amélioré dans le groupe des patientes opérées : moins de score d'Apgar <7 à 1 mn (2% vs 9% ; p = 0.05) et moins de pH artériel au cordon <7,2 (15% vs 28% ; p = 0,03). Les taux d' hypertension artérielle gravidique et de prééclampsie n'étaient pas modifiés. Les patientes opérées prenaient plus de poids en cours de grossesse malgré un IMC plus faible en début de grossesse (10 kg contre 5 kg – p = 0,0003) Concernant le seul groupe des patientes opérées, 53 % avaient eu un bilan sanguin et/ ou une supplémentation vitamino-calciques. Celles qui respectaient un délai d'au moins 18 mois avaient tendance à développer moins de DG insuliné (5% vs 22% ; p = 0,05). Les patientes dont l'AG avait été dégonflé, au moins partiellement, prenaient plus de poids (18 kg vs 6 kg; p = 0,0003). Enfin, il n'y avait pas de différence en terme de déroulement de la grossesse et d'état néonatal selon les différentes techniques chirurgicales et selon la prise en charge nutritionnelle des patientes. Conclusion : la chirurgie bariatrique améliore le pronostic obstétrical et néonatal. Des améliorations sont à apporter dans notre pratique pour développer une prise en charge multidisciplinaire de ces patientes afin d'éviter des carences nutritrionnelles ou une prise de poids gestationnelle importante en cas d'AG.

Résumé traduit

...

  • Directeur(s) de thèse : Deruelle, Philippe

AUTEUR

  • Fumery, Lydie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre