Titre original :

L'évaluation orthophonique de la production de récit chez l'enfant et l'adolescent : méthodologie scientifique, revue des outils d'évaluation et étude de pratiques professionnelles

Mots-clés libres :
  • orthophonie; analyse des pratiques professionnelles; évaluation; récit oral; entretiens semi-dirigés; comptes rendus de bilan orthophonique
  • Langue : Français
  • Identifiant : LILU_SMOR_2020_047
  • Composante : Médecine
  • Année de soutenance : 2020
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Mémoire d'Orthophonie
  • Parcours : Inconnu

Résumé

L'évaluation de la production de récit oral chez l'enfant est un outil clinique riche, mettant en exergue les capacités cognitives et langagières d'un sujet. Toutefois, notre analyse de la littérature et de 19 outils d'évaluation utilisés par les orthophonistes met en évidence les contingences et la diversité des possibles concernant cette pratique. Par l'intermédiaire d'une analyse qualitative de 8 entretiens semi-dirigés et de 62 comptes rendus de bilan de langage oral, notre objectif était d'étudier, face à cet éventail des possibles, la réalité des pratiques orthophoniques concernant l'évaluation narrative chez l'enfant. Les résultats suggèrent que les orthophonistes utilisent cette évaluation pour des âges et des pathologies spécifiques et avec des objectifs particuliers. Premièrement chez le jeune enfant en langage oral, car elle reflète les compétences et les difficultés langagières réelles du patient, donnant alors des éléments cliniques et diagnostiques intéressants. Deuxièmement, de manière moins consciente, chez l'adolescent en langage écrit, car elle rend compte de la compréhension écrite. Pourtant, elle reste occasionnelle dans les évaluations, les orthophonistes la considérant chronophage, aspécifique, complexe et incomplète. Ainsi, les professionnels utilisent les outils cliniques à leur disposition qu'ils complètent par des observations cliniques. Pour évaluer le récit, la tâche de restitution d'une histoire présentée, visuellement ou oralement selon la pathologie, est la plus utilisée (100% des interviews et 66% des comptes rendus). Les analyses se portent alors, de manière quantitative, sur la macrostructure (cohérence et organisation), et de manière plus qualitative, sur la microstructure (cohésion et niveau morphosyntaxique) et les compétences cognitives, notamment la pragmatique.

  • Directeur(s) de mémoire : Caet, Stephanie

AUTEUR

  • Imbert, Lucile