Titre original :

Les très grands herbivores (éléphantidés et rhinocérotidés) au Paléolithique moyen en Europe du Nord-Ouest : Paléoécologie, taphonomie et aspects palethnographiques

  • Langue : Français
  • Discipline : Préhistoire
  • Identifiant : 2004LIL10123
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 01-01-2004

Résumé en langue originale

Les modalités d'acquisition des très grands herbivores par les Hominidés du Paléolithique moyen sont aujourd'hui encore à l'origine de controverses. L'Homme de Néandertal possédait-il les capacités cognitives et technologiques suffisantes pour chasser ces mammifères de plusieurs tonnes protégés par un cuir épais? Sont tout d'abord présentées dans ce travail deux méthodes relatives à l'acquisition et au traitement des animaux, directement appliquées à l'étude de trois gisements témoignant d'importantes populations de très grands mammifères : Hanhoffen (Bas-Rhin), Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) et le Mont-Dol (Ille-et-Vilaine). Par ailleurs, une étude comparée de 73 niveaux archéologiques présentant plus ou moins de vestiges de très grands herbivores attribués au Paléolithique moyen d'Europe du Nord-Ouest est ici entreprise. Il y apparaît, entre autres, que les fortes populations d'Éléphantidés et de Rhinocérotidés sont indéniablement liées à une localisation privilégiée du gisement : falaise dans les cas du Mont-Dol et de la Cotte-de-Saint-Brelade, marécage à Biache-Saint-Vaast. De plus, les Hominidés semblent, dans la majeure partie des cas, être intervenus sur les animaux avant la venue des carnivores comme en témoigne le traitement souvent total des très grands herbivores (stries de découpe, fracturation des os longs). Toutefois, rien ne nous informe dans quelle mesure les Néandertaliens ont pu exploiter les pièges naturels mis à leur disposition. Quoi qu'il en soit, les Hommes du Paléolithique moyen ont incontestablement pris conscience des avantages que leur offraient l'environnement. Enfin, la prise en considération d'autres grands gisements paléolithiques, situés hors d'Europe du Nord-Ouest, témoigne de la difficulté, à partir d'ossements, de plaider pour une chasse opportuniste plutôt que pour un charognage méthodique pratiqué par les Hominidés vis à vis des très grands herbivores.

  • Directeur(s) de thèse : Tuffreau, Alain

AUTEUR

  • Louguet, Sophie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification