Titre original :

Connaissance, échappée et déraison dans la société industrielle : Itinéraire d’une recherche vécue

Mots-clés en français :
  • Vulnérabilité sociale

  • Société post-industrielle
  • Conventions (économie politique)
  • Contrôle social
  • Adaptation sociale
  • Changement social
  • Marginalité
  • Jeunesse -- Travail
  • Femmes -- Travail
  • Fukushima, Accident nucléaire de (2011)
  • Responsabilité nucléaire
  • Langue : Français
  • Discipline : Économie
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 28-01-2015

Résumé en langue originale

Le chemin qui m’a mené de la socio-économie des services à l’administration du désastre nucléaire de Fukushima, peut sembler indirect, mais il n’est pas sans cohérence. Que ce soit mon intérêt pour le rôle des conventions sociales, politiques et économiques comme facteurs structurant des « équilibres » atteints dans les systèmes économiques en matière d’emploi et de travail, que ce soit ma réflexion sur les effets du Marché et de son idéologie sur la réification du corps et du rapport à celui-ci, et sur la virtualisation de la relation de soin dans le métier de l’aide à domicile, que ce soit encore ma recherche sur les jeunes japonais en quête d’un déplacement des cadres qui définissent précisément ces conventions auxquelles je me suis intéressées, que ce soit enfin la manière dont le désastre nucléaire de Fukushima rappelle crûment combien nous ne sommes pas dans un paradigme de la transformation sociale, mais dans celui de l’ordre, ces différentes expériences de recherche convergent vers un même constat. Ce constat est celui de la conservation de l’individu par lui-même qui présuppose son adaptation aux exigences requises par la conservation du système, et cette adaptation est devenue totale au sens où son processus est mûrement prémédité, car, pour survivre, l’homme se transforme en appareil qui répond par une réaction exactement appropriée aux situations déroutantes et difficiles qui constituent la vie. Ainsi, l’abandon de l’existence de l’individu pour un État qui est censé protéger par ses lois, n’est plus considéré comme contraire à la conservation de soi : il est le signe d’une rationalisation du sacrifice, celle qui fait de la protection l’archétype de la domination.

  • Directeur(s) de thèse : Jany-Catrice, Florence
  • Laboratoire : Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé)
  • École doctorale :

AUTEUR

  • Ribault , Thierry
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification