Titre original :

De l’émergence organisationnelle en général à la spin-off universitaire en particulier

Mots-clés en français :
  • Émergence organisationnelle
  • Essaimage universitaire

  • Entrepreneurs (économie politique)
  • Entreprises -- Création
  • Innovations -- Politique publique
  • Pépinières d'entreprises
  • Projet d'entreprise
  • Transfert de technologie
  • Méthode longitudinale
  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de gestion
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 15-11-2013

Résumé en langue originale

L’entrepreneuriat touche à des dimensions aussi diverses que politique, sociétale, individuelle, ou encore pédagogique. Pourtant la surutilisation du terme entrepreneuriat brouille les pistes et les discours. Ce « sésame » risque de décevoir ceux qui s’en emparent sans précaution car l’entrepreneuriat est protéiforme et sa définition est encore en discussion (Wiklund et al. 2011). Après dix ans de recherche en entrepreneuriat, les travaux présentés attestent d’un positionnement réfléchi en lien avec mon parcours et résolument ancré dans la compréhension d’un phénomène entrepreneurial : l’émergence organisationnelle. Ce positionnent s’appuie sur la combinaison de trois éléments. Premier élément, mes recherches dans le domaine du management public. En raison de mes expériences passées, j’ai abordé l’entrepreneuriat par le biais de la loi de 1999 sur l’innovation qui modifie le statut du chercheur pour l’inciter à transférer son savoir en devenant créateur d’entreprise. Ma connaissance des pouvoirs publics, de leurs modes de fonctionnement et la manière d’identifier les acteurs impliqués ont été un atout important pour aborder l’entrepreneuriat. Cette approche a façonné ma conception et notamment l’importance que j’ai donné dans mes protocoles de recherche à l’observation du contexte entrepreneurial. Deuxième élément, l’émergence organisationnelle. La loi de 1999 fait de la création d’entreprise un des leviers essentiels de l’innovation. Le travail sur les acteurs et sur le dispositif incitatif contenu dans la loi soulève une question majeure : qu’est ce qui explique qu’une entreprise en vient à exister ? C’est d’ailleurs la question centrale de l’émergence organisationnelle prise comme une forme d’entrepreneuriat (Gartner, 1993). Les travaux de William. B. Gartner me fourniront une base de réflexion en proposant notamment une vision « minimaliste » de l’entrepreneuriat (Davidsson, 2008) et un ancrage dans la théorie de la firme. A partir de ses travaux (Gartner, 1985, 1988, 1992, 1993 notamment), et des travaux issus du PSED, mes recherches se sont orientées vers les aspects dynamiques et temporels de l’émergence organisationnelle car ils ont été en partie délaissés en raison des difficultés méthodologiques qu’ils soulèvent. Troisième élément, la mobilisation d’analyses longitudinales en temps réel. Considérer l’émergence organisationnelle comme un processus n’est pas en soi nouveau (Fayolle, 2004, 2007 ; Gartner, 1985). Néanmoins l’étude de ce processus au niveau de l’organisation ou de l’entrepreneur reste compliquée (Carter et al. 1996, Gartner 1993, Katz et Gartner, 1988) en raison du temps que cela peut prendre (Gartner et Carter, 2003) et du nombre d’activités qu’il comporte (Low et MacMillan, 1988). [...]

  • Directeur(s) de thèse : Lecocq, Xavier
  • Laboratoire : Lille économie et management (LEM)
  • École doctorale :

AUTEUR

  • François, Valérie