Titre original :

Les relations entre matière organique sédimentaire et paléoenvironnement : De la sédimentologie à la géochimie organique moléculaire

Mots-clés en français :
  • Sulfuration naturelle

  • Géochimie organique
  • Sédiments (géologie)
  • Soufre -- Composés organiques
  • Diagenèse
  • Plantes -- Fossiles
  • Marqueurs biologiques
  • Langue : Français, Anglais
  • Discipline : Géosciences
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 05-12-2013

Résumé en langue originale

Après un bilan qualitatif et quantitatif de mes activités en matière d’enseignement, encadrement, management et implication dans des projets de recherche, les travaux présentés sont basés sur les deux principaux chantiers de recherche que j’ai abordé depuis le début de ma carrière. Ceci permet d’illustrer deux aspects très différents de l’étude de la matière organique sédimentaire. Le premier chantier s’intéresse à la sulfuration de la matière organique. L’objectif est de mieux comprendre comment ce mécanisme qui permet la préservation de la matière organique sur des échelles de temps géologiques se produit dans les sédiments et quels sont les facteurs qui le conditionnent. Pour ce faire, une étude des sédiments du bassin de Cariaco (Venezuela) couvrant les derniers 130 ka a été effectuée, des travaux antérieurs ayant montré que le processus de sulfuration est en train de se produire dans les sédiments de surface de ce bassin euxinique. Différentes techniques mises en oeuvre ont permis d’étudier la cinétique de la sulfuration dans les sédiments plus anciens, mais également d’identifier les changements d’ordre environnemental tels que la sédimentation détritique, la production biologique de surface et les conditions d’oxygénation du sédiment, ayant pu influencer l’intensité de la sulfuration de la matière organique. Alors que le bassin de Cariaco semble constituer un contexte favorable à la sulfuration, l’ensemble des données montre qu’au cours du dernier cycle climatique, les variations environnementales ont fortement joué sur l’intensité de ce processus. Le deuxième chantier s’intéresse à l’évolution des plantes terrestres au cours de la période Ordovicien – Carbonifère. Alors que l’évolution des plantes sur cette période est principalement documentée par les macro et microfossiles, le molécules synthétisées par les plantes et préservées dans les sédiments (biomarqueurs) ont un très fort potentiel, en particulier pour documenter l’évolution des mécanismes biosynthétiques. Des recherches de biomarqueurs de plantes terrestres dans différentes roches sédimentaires de la période Ordovicien – Carbonifère ont permis de confirmer l’intérêt de cette approche moléculaire. Nos travaux ont cependant mis en évidence qu’un certain nombre de molécules actuellement considérées comme typiques des conifères sont observées dans des roches formées bien avant l’apparition des conifères. Quelques voies de recherches pour l’avenir sont présentées en dernière partie. Celles-ci visent à approfondir mes travaux sur la sulfuration et à comprendre l’origine des supposés biomarqueurs de conifères dans les roches du Paléozoïque. Des travaux sur la matière organique des roches d’age Paléoprotérozoïque (2,1 Ga) sont également lancés.

  • Directeur(s) de thèse : Baudin, François
  • Laboratoire : Géosystèmes
  • École doctorale :

AUTEUR

  • Riboulleau , Armelle
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre