Titre original :

Frontières, images et territorialité

  • Langue : Français
  • Discipline : Lettres et Sciences humaines
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 01-01-2008

Résumé en langue originale

La carte du monde n'est pas figée et son dessin se complique sensiblement depuis le début du XXe siècle. Les frontières, membranes entre les territoires, oscillent, se tendent ou se dilatent. Les territoires se transforment, se déforment, prennent des formes nouvelles jadis inconcevables, aujourd'hui difficilement cartographiables. Les processus de transformation territoriaux peuvent être abordés par une approche iconographique. Les images, les représentations construites par les individus, les groupes, les sociétés avec leurs institutions, leurs cultures, solidifient durablement les frontières mais, parfois, au contraire, les déstabilisent voire en créent de nouvelles. Nous partons de l'hypothèse que, composition et recomposition des territoires, mouvements de frontière, traduisent des compositions et recompositions iconographiques plus ou moins stables, anciennes ou récentes, internes ou externes. Au-delà du territoire à différentes échelles, c'est le concept de territorialité dans une perspective constructiviste qu'il faut appréhender. La territorialité est comprise comme un rapport à la fois personnel et social au monde. Elle participe conjointement de l'idéologie et des pratiques. A ce titre, elle met en scène l'individu, l'être social et la société. Elle s'enrichit surtout de l'univers des imaginaires et des représentations. En plaçant notre étude des images de frontière au cœur de la construction de la territorialité, nous considérons que celle-ci n'est pas seulement un simple lien avec le territoire, c'est aussi un rapport avec d'autres acteurs. Les images de frontière s'inscrivent donc dans la perspective des relations d'une part, entre les hommes et la frontière et d'autre part, entre les hommes, les sociétés à travers la frontière. La problématique relationnelle nous amène à présenter une cartographie « humaniste » fondée sur l'idée de rhizome comprise comme une représentation des relations complexes individuelles et collectives, de part et d'autre de la frontière, à tous les niveaux scalaires

  • Directeur(s) de thèse : Renard, Jean-Pierre

AUTEUR

  • Picouet, Patrick
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification