Titre original :

Campanile giganteum (Lamarck, 1804) à Fleury-la-Rivière (Lutétien du Bassin parisien, France) : aspects paléo-écologiques, taphonomiques, historiques

Mots-clés en français :
  • Campanilidae

  • Paléoécologie
  • Téthys (paléogéographie)
  • Gastéropodes marins
  • Taphonomie
  • Tuffeau
  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de la Terre
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Diplôme supérieur de recherche
  • Date de soutenance : 01-01-2006

Résumé en langue originale

dissement généralisé. uelle, C. symbolicum (Iredale, 1917); il pourrait être relié à des environnements marins peu profonds et proches du littoral; de tels environnements ayant livré des campaniles ne sont pas caractérisés à partir de la coupe de Fleury, sur le banc d'accumulation lui-même. En effet, pour l'essentiel, les coquilles collectées et étudiées sont allochtones, accumulées dans un réceptacle bio-sédimentaire relativement profond. En revanche, les données fossilifères et taphonomiques de l'unité immédiatement postérieure à l'accumulation, semblent indiquer un herbier qui serait propice à un milieu de vie de Campanile symbolicum. Postérieurement aux unités riches en campaniles du Lutétien moyen, l'espèce disparaît rapidement. Mais elle est relayée sur place et ailleurs, par des formes plus petites, jusqu'à la fin de l'Eocène. Au début de l'Oligocène, les formes attribuées aux Campanilidae disparaissent totalement du Bassin parisien, en relation probable avec un refroi II y a 45 millions d'années environ, Campanile giganteum (Lamarck, 1804) se répandait sur tous les rivages de la Téthys, à la faveur d'une longue période de chaleur pendant le Paléocène et l'Eocène. On connaît dans le bassin de Paris de nombreux spécimens de ce grand Gastéropode dont un banc à forte concentration d'individus, autour de Damery, (Marne, 51, France). Des affleurements de ce banc sont présents à mi-coteaux à Fleury-La-Rivière, (51, France), où un viticulteur de Champagne a découvert plusieurs centaines de Campanile giganteum, à la coquille exceptionnellement préservée. La richesse des sables de Fleury-la-Rivière en individus de Campanile giganteum et leur préservation, ont permis une première approche de la révision de l'espèce, et à partir des caractères de l'ornementation externe et columellaire, de discuter la présence dans les mêmes niveaux, de formes voisines. Sur le plan de son écologie, C. giganteum a été comparé à l'espèce act

  • Directeur(s) de thèse : Caridroit, Martial

AUTEUR

  • Blomme, Béatrice
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification