Titre original :

Compétences et changements dans les organisations productives : organisation du travail, système de GRH et attitudes salariales

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de Gestion
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 01-01-2004

Résumé en langue originale

Dès ce travail de thèse, nous avons analysé la compétence au travail comme phénomène émergent. Le caractère informel des processus à l'œuvre nous a mené à préciser cette dynamique des compétences par le concept de micro-négociations. Ce dernier souligne l'importance des relations entre les salariés et certains acteurs fonctionnels des entreprises, ainsi que le rôle dans ces relations de la manière dont les représentations au travail se construisent. La conceptualisation globale de la Taylorisation, qui conclut notre thèse, permet de définir trois axes de recherche qui structurent nos travaux ultérieurs: 1-la régulation de la tension entre autonomie et contrôle des activités de travail; 2-les interactions entre l'organisation du travail et les relations sociales; 3- les liens entre les représentations et discours des salariés ("culture en organisation") et les logiques compétences. Nos principaux travaux qui relèvent de chacun de ces axes sont présentés dans trois parties. A chaque fois, nous montrons leur articulation avec notre problématique globale de la conflictualité productive. Les travaux du premier axe soulignent les dangers sous-jacents à la mise en œuvre des problématiques compétences. Dans le second groupe, nous montrons que les relations sociales peuvent être un lieu de dynamisation et d'infléchissement positif des politiques RH, rôle souvent sous-estimé par le management d'entreprise. Enfin, le troisième groupe de travaux montre l'importance de l'informel dans la "gestion des représentations" au travail : les effets des dynamiques narratives en organisation, les dangers de la "gestion culturelle", les conditions éthiques. La coordination des activités de travail est une question importante tant pour les performances des entreprises (et plus généralement des organisations) que pour les salariés. La vision courante de l'évolution en ce domaine consiste à dire que depuis quelques années les modes de coordination centralisés et formalisés semblent laisser place à des modes de coordination plus flexibles et basés sur l'autonomie des salariés. La question du pouvoir se pose alors dans de.nouveaux termes. Pour autant, nos recherches tendent à montrer qu'il serait trop réducteur d'opposer le Taylorisme dépossessif à un post-taylorisme. Les travaux menés depuis la thèse (1996) concernent l'analyse des régulations de la conflictualité productive à la base du changement organisationnel. Dans un premier temps, nous retraçons comment nous avons construit notre conception de la conflictualité productive à travers l'analyse de processus observés dans des entreprises où l'organisation du travail relevait de la doctrine taylorienne. Nous avons appelé Taylorisation la dynamique globale de ces processus. Dans celle-ci, nous insistons sur les interactions entre ces processus à divers niveaux organisationnels, du lieu de travail jusqu'aux stratégies de produits et de procédés. Ce n'est pas tant l'évolution de chaque processus considéré séparément qui importe, que leurs articulations plus ou moins contradictoires ; ces dernières sont à la base des régulations conflictuelles au cœur de la vie des organisations. Si certains de ces travaux sont purement théoriques, la plupart s'appuient sur des analyses de terrain, enquêtes ou analyses de cas. Plusieurs publications concernent des études encore en cours, Ce que nous préciserons. Nous décrivons rapidement pour chaque travail les méthodes que nous avons utilisées et notamment les modalités de relations aux acteurs en entreprise. Ceci nous amènera à effectuer une synthèse rapide de notre position épistémologique dans la partie suivante. De celle-ci et de la synthèse des travaux, nous dégagerons en dernière partie une présentation de nos perspectives de recherches. Celles-ci incluent des travaux en cours, des études de terrain en projet, notamment sur de nouveaux thèmes que nous justifierons (la succession de dirigeants en PME), nos participa!ions à l'encadrement de recherches et nos collaborations à des revues.

  • Directeur(s) de thèse : Louart, Pierre

AUTEUR

  • Besson, Dominique
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification