Titre original :

Questions épistémologiques, théoriques et méthodologiques pour une gestion en mal d'histoire(s)

Mots-clés en français :
  • Gestion -- Histoire -- Méthodologie -- Thèses et écrits académiques
  • Entreprises -- Historiographie -- Thèses et écrits académiques
  • Histoires de vie -- Thèses et écrits académques
  • Conscience historique
  • Mémoire collective

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de gestion
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 01-01-2006

Résumé en langue originale

Ce texte voudrait décrire à la fois des enjeux épistémologiques, théoriques et méthodologiques liés à l'intégration d'une perspective historique dans les sciences de l'organisation, en prenant des exemples partiels (pour illustrer plus clairement son propos). Il ne saurait ici être question de prétendre appréhender cette problématique dans tous ses aspects. Ainsi, par exemple, nous n'aborderons pas ici les questions qui entourent l'histoire des sciences de gestion; domaine qui fait l'objet d'une vaste littérature notamment dans l'histoire de la comptabilité et du contrôle de gestion. Notre angle d'analyse se focalisera pour l'essentiel sur l'entreprise ou les acteurs organisationnels, donc un niveau plutôt micro-historique . Du côté de l'épistémologie, nous voulons pointer les champs de tension qui traversent l'histoire (histoire appliquée/histoire savante, histoire/mémoire, etc.) et montrer comment la gestion doit lutter contre le leurre de l'a-temporalité, en mettant l'accent sur les nécessaires mises en contextes et repérages conjoncturels. Du côté théorique, nous faisons valoir l'utilité de pouvoir mieux rendre compte du temps qui passe, en tirant de l'histoire (et des historiens) ce qu'ils savent si bien décrire de la temporalité. La gestion peut beaucoup gagner, dans ses méthodes, à expliciter ce qui change et à déchiffrer ce qui n'en finit pas de revenir (y compris sous des apparences variables). Elle peut s'appuyer aussi bien sur les documents historiques (supports confrontatifs) que sur les méthodes de l'historien (mise en perspective et recomposition de l' épaisseur temporelle). Du côté méthodologique, nous chercherons à apprécier la fécondité de la méthode biographique. Celle-ci permet, en effet, de proposer une forme d'intelligibilité historienne utile pour penser l'ancrage historique et mémorielle des logiques d'acteurs. Nous tenterons de montrer dans quelle mesure l'approche biographique est une stratégie de recherche qui permet de décrire, comprendre et analyser l'agir en situation , de saisir les articulations entre les phénomènes objectifs, les déterminations inconscientes et l'expérience subjective dans une forme d'intelligibilité historienne.

  • Directeur(s) de thèse : Desreumaux, Alain - Louart, Pierre

AUTEUR

  • Pailot, Philippe
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre