Titre original :

Déterminisme génétique de l'adaptation à une alimentation azotée sub-optimale

Mots-clés en français :
  • Blé tendre -- Amélioration génétique -- Thèses et écrits académiques
  • Engrais azotés -- Réduction -- Thèses et écrits académiques
  • Recombinaison génétique
  • Variabilité génétique
  • Hétérosis
  • Blé tendre -- Système radiculaire
  • Blé tendre -- Rendements -- Teneur en protéines

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences naturelles. Agronomie
  • Identifiant : Inconnu
  • Type de mémoire : Habilitation à diriger des recherches
  • Date de soutenance : 01-01-2007

Résumé en langue originale

Le blé tendre est l'espèce végétale la plus cultivées en France et celle faisant l'objet des échanges commerciaux les plus importants. Dans une tendance économique de baisse des prix, la maîtrise des coûts de production et de la qualité des lots est essentielle. D'autre part, l'agriculture doit répondre à une demande sociale pour des productions plus durables et plus respectueuses de l'environnement. Ces deux objectifs passent par une limitation raisonnée des intrants dont les engrais azotés représentent une large part. La création de variétés de blé adaptées à ces systèmes de culture à bas niveau d'intrant est un nouvel enjeu pour la sélection. Cela nécessite de mieux comprendre le déterminisme génétique de l'adaptation à une alimentation azotée limitante. Nous présentons dans ce document la démarche, les collaborations et les projets qui ont été mis en place depuis 1993 pour aboutir à une identification de certains déterminants génétiques impliqués dans cette adaptation. Les premières études ont eu pour but de quantifier la variabilité génétique existante pour la tolérance à une carence en azote, définie comme une plus faible perte de rendement en situation de carence. Ces études ont permis d'identifier un couple de variétés montrant la plus grande variabilité dans le niveau de tolérance : Arche (tolérant) x Récital (sensible). Elles ont aussi permis de déterminer que la capacité d'absorption en azote était la composante déterminante de la tolérance. Les études suivantes ont permis de confirmer les différences de capacité d'absorption en azote des variétés Arche et Récital et de montrer des différences dans l'architecture de leur système racinaire. Le choix de ces deux variétés a donc semblé adéquat pour débuter une approche génétique. Une population de 220 lignées recombinantes a été produite par Haplo-diploïdisation à partir de l'hybride F1 issu de leur croisement. La population a été génotypée et phénotypée au champ et en conditions contrôlées à différents niveaux de fertilisation azotée. Les principaux résultats concernant la détection des régions chromosomiques impliquées (QTL) sont présentés. Cela inclut en particulier, la détections de QTL pour des paramètres d'un modèle simplifié de fonctionnement et pour des variables décrivant l'architecture racinaire. L'implication de plusieurs gènes majeurs candidats à l'explication de certains des QTL est discutée et pourrait être valorisée dans le contexte de la création variétale. Enfin, les stratégies employées pour identifier d'autres gènes candidats, cartographie de gènes, protéomique, et transcriptomique, sont présentées. Le nouveau projet de recherche qui est décrit concerne le détenninisme génétique de la teneur en protéines du grain. Son objectif est de comprendre pourquoi certaines variétés s'écartent significativement de la relation négative rendement - teneur en protéines. Ce projet s'appuie sur la volonté de développer une approche intégrant les deux disciplines de la génétique et de l'écophysiologie.

  • Directeur(s) de thèse : Hilbert, Jean-Louis

AUTEUR

  • Le Gouis, Jacques
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre