Titre original :

Etude clinique et moléculaire d’une cohorte de 79 patients présentant une variation pathogène du gène GDF5

Mots-clés en français :
  • Malformations des membres
  • GDF5
  • brachydactylie

  • Membres
  • Membres
  • Facteurs de croissance
  • Génotype
  • Phénotype
  • Anomalies morphologiques congénitales des membres
  • Brachydactylie
  • Facteur-5 de croissance et de différenciation
  • Prédisposition génétique à une maladie
  • Génotype
  • Phénotype
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine. Génétique Médicale
  • Identifiant : 2020LILUM556
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 17-12-2020

Résumé en langue originale

Le gène GDF5 est principalement exprimé au niveau des articulations durant la période embryonnaire. Il est connu pour être responsable de différentes pathologies osseuses selon son mécanisme d’altération : brachydactylie en cas de perte de fonction mono-allélique ; symphalangisme et synostoses multiples en cas de gain de fonction hétérozygote ; syndrome de Grebe, syndrome de Du Pan et syndrome de Hunter-Thompson en cas de perte de fonction bi-allélique ; susceptibilité à l’arthrose et dysplasie de hanche en présence de polymorphismes au sein de son promoteur. Par les nombreux phénotypes auxquels il est associé, GDF5 illustre bien les difficultés d’interprétation des variations identifiées par les nouvelles techniques de séquençage. L’objectif principal de ce travail est la mise en évidence de corrélations génotype phénotype en lien avec des altérations de GDF5. Les objectifs secondaires sont la mise en évidence de phénotypes peu connus ainsi que la description précise des différentes atteintes. Nous avons étudié au sein du centre de référence des anomalies des membres de Lille une cohorte de 79 patients porteurs d’une variation pathogène du gène GDF5. Il s’agit d’une étude multicentrique internationale rétrospective basée sur les données cliniques et moléculaires de patients étudiés depuis 2000. Cette étude a mis en évidence que la clinodactylie du 2ème rayon est significativement plus fréquente chez les patients de notre cohorte comparativement à ceux décrits dans la littérature jusqu’à présent. Le manque de puissance de notre échantillon de patients n’a pas permis de mettre en évidence d’autres différences statistiquement significatives. Cependant, nous remarquons certaines atteintes qui semblent avoir une fréquence plus importante dans notre cohorte par rapport à la littérature, notamment l’atteinte dentaire, l’atteinte des hanches et l’hyperlaxité.

Résumé traduit

...

  • Directeur(s) de thèse : Manouvrier, Sylvie

AUTEUR

  • Dufour, William
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre