Titre original :

Négativation des anticorps antiphospholipides et risque thrombotique au cours du SAPL : à propos d’une cohorte prospective bi-centrique

Mots-clés en français :
  • Anti-phospholipides
  • négativation
  • anticoagulation
  • récidive thrombotique

  • Syndrome antiphospholipide
  • Anticorps antiphospholipide
  • Thrombose
  • Syndrome des anticorps antiphospholipides
  • Anticorps antiphospholipides
  • Thrombose
  • Récidive
  • Langue : Français
  • Discipline : Médecine interne
  • Identifiant : 2020LILUM170
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 08-06-2020

Résumé en langue originale

Contexte : Le syndrome des anti-phospholipides (APS) est une maladie auto-immune rare associant des thromboses récurrentes avec la présence d'anticorps anti-phospholipides (aPL) qui peuvent disparaitre chez certains patients au cours du suivi. Le risque de récidive thrombotique après négativation des aPL reste incertain. Notre objectif est d'évaluer le risque thrombotique dans l'APS après négativation des aPL. Méthodes : Etude prospective bi-centrique observationnelle de patients avec un APS diagnostiqué selon les critères internationaux avec au moins 2 dosages d'aPL négatifs consécutifs pendant leur suivi. La gestion de l'anticoagulation était laissée à l'appréciation du clinicien. Résultats : 27 patients (dont 21 femmes, âge moyen de 39 ans +/- 15 ans) ont été inclus et suivis entre janvier 2018 et janvier 2020. Au diagnostic, 7 patients avaient un antécédent de thrombose artérielle, 13 de thrombose veineuse, 3 mixte artériel et veineux, et 4 patientes des complications obstétricales. Au diagnostic, 10 patients avaient un anticoagulant lupique (LA) positif, 16 un anti-cardiolipine (aCL) positif, 13 un anti-β2 glycoprotéine 1 (anti-β2-GP1) positif, et 4 étaient triple positifs. Après le diagnostic de SAPL, 2 patients ont présenté une récidive d’événement thrombotique (1 avant et 1 après négativation des aPL). La durée médiane d’évolution du APS à l’inclusion était de 11 ans (2-26 ans), le suivi moyen après négativation des aPL de 6 ans, avec un nombre de dosages positifs des aPL avant négativation de 2.6 (0-10). Avant la négativation des aPL, 17 patients étaient sous anticoagulation au long cours, 7 patients sous antiagrégation et 3 sous anti-agrégation et anticoagulation. Quatre patients ont eu un switch pour un antiagrégant après négativation. Aucun patient n'a présenté de nouvel événement thrombotique pendant le suivi de l'étude. Conclusion : Nos résultats suggèrent que le risque de rechute thrombotique chez les patients qui négativent leurs aPL au cours du temps est faible. Néanmoins, la plupart des patients étaient toujours traités par anticoagulation au long cours durant l’étude. D’autres études prospectives, ou essais randomisés, sont nécessaires pour conclure quant à la possibilité d’interrompre les anticoagulants.

Résumé traduit

...

  • Directeur(s) de thèse : Yelnik, Cécile

AUTEUR

  • Puigrenier, Sébastien
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre