Titre original :

Evaluation prospective du rapport protéinurie sur créatininurie pour le diagnostic de prééclampsie et comparaison avec la protéinurie des vingt-quatre heures, test de référence

Mots-clés en français :
  • Prééclampsie
  • protéinurie des 24 heures
  • rapport protéinurie sur créatininurie
  • grossesse
  • test diagnostique
  • valeur seuil optimale

  • Grossesse -- Complications
  • Toxémie gravidique
  • Protéinurie
  • Créatininurie
  • Tests de diagnostic rapide
  • Complications de la grossesse
  • Pré-éclampsie
  • Protéinurie
  • Créatinine
  • Tests diagnostiques courants
  • Langue : Français
  • Discipline : MDSCGG
  • Identifiant : 2019LILUM240
  • Type de thèse : Doctorat de médecine
  • Date de soutenance : 28-06-2019

Résumé en langue originale

Contexte : La prééclampsie est une pathologie fréquente de la grossesse et représenterait la deuxième cause de mortalité maternelle dans le monde. Elle se définit par une hypertension artérielle gravidique accompagnée d’une protéinurie significative. L’objectif de cette étude était d’évaluer la légitimité du RPC comme test diagnostique comparé à la protéinurie des 24 heures, test de référence. Matériel et méthodes : Nous avons réalisé une étude prospective observationnelle monocentrique au CHRU de Lille de juin 2015 à mai 2017, incluant 148 patientes (correspondant à un recueil de 216 échantillons) hospitalisées pour une suspicion de prééclampsie. Le protocole incluait la réalisation d’un RPC sur un prélèvement d’urines, avant l’initiation du recueil des urines des 24 heures pour obtenir la protéinurie des 24 heures. Seules les patientes ayant réalisé les deux tests diagnostiques ont été analysées. Résultats : Les deux tests étaient hautement corrélés (r = 0.80, p<0.001). La courbe ROC ainsi que l’aire sous la courbe = 0.92 ont permis de mettre en évidence la précision du RPC pour diagnostiquer une protéinurie significative pendant la grossesse et par conséquent une prééclampsie. La valeur seuil optimale obtenue grâce à la méthode de Liu était de 56.9 mg/mmol (sensibilité (Se) = 79.3%, spécificité (Sp) = 91.5%). Conclusion : D’après nos résultats, le RPC pourrait remplacer la protéinurie des 24 heures pour diagnostiquer de façon équivalente une protéinurie significative dans la prééclampsie. En plus d’être un test précis, il est simple et facile à réaliser et à standardiser, peu coûteux et ne nécessite pas d’hospitalisation systématique des patientes. Il pourrait représenter un enjeu intéressant pour la prise en charge globale de la prééclampsie à l’échelle mondiale.

Résumé traduit

...

  • Directeur(s) de thèse : Azais, Henri

AUTEUR

  • Berthet, Angélique
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification