Titre original :

La société française et son système de santé peuvent-ils s’adapter à la massification des données médicales ?

Mots-clés libres :
  • E-santé ; données de santé ; massification ; «Big Data» ; limitations ; «Open Data»
  • E-health ; health data ; massification ; "Big Data" ; limitations ; "Open Data"
  • Télémédecine
  • Santé publique -- Bases de données
  • Données massives
  • Données ouvertes
  • Langue : Français
  • Identifiant : LIL2_SMIS_2017_023
  • Composante : ILIS
  • Année de soutenance : 2017
  • Type de mémoire : Mémoire de Master
  • Mention : Ingénierie de la santé
  • Parcours : Inconnu

Résumé

La e-santé est apparue, dans le système de santé Français, avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la santé. L’ensemble de ces technologies vont donc générer une quantité importante de données de santé ce qui se traduit par un phénomène de massification des données médicales. L’émergence de ces données fait apparaître les technologies du « Big Data » permettant, grâce à des outils informatiques puissants, de récolter, stocker, traiter et analyser des volumes importants de données. Cependant, leur exploitation apporte de nombreuses craintes en raison des incertitudes liées à l’usage, aux partages, à la sécurité et confidentialité de ces dernières. C’est pourquoi, certaines limitations culturelles, administratives ou juridiques apparaissent chez les acteurs. Néanmoins, le contexte actuel dans le monde est à l’heure de l’ouverture des données de santé, l’« Open Data ». Faire une restriction vis-à-vis de l’ouverture des données de santé, c’est tout simplement engendrer un blocage technologique que ce soit pour les chercheurs en biomédical ou en santé publique mais aussi pour les industriels dans l’innovation technologique en santé.

  • Directeur(s) de mémoire : Salerno, Daphné ; Vilhelm, Christian
  • Membre(s) du jury : Salerno, Daphné

AUTEUR

  • Turcque, Maëva
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre