Titre original :

La construction de la lutte contre la radicalisation en France : préconisations et déclinaisons d'une nouvelle prérogative d'État (2009-2019)

Titre traduit :

Building the "fight against radicalisation" in France : recommendations and implementation of a new State prerogative (2009-2019)

Mots-clés en français :
  • Référents laïcité citoyenneté

  • Radicalisation violente
  • Terrorisme -- Lutte contre
  • Analyse du discours
  • Éducation surveillée
  • Années 2010
Mots-clés en anglais :
  • Radicalisation
  • Deradicalisation
  • Public discourses
  • Public action
  • Youth Judicial Protection Service

  • Langue : Français
  • Discipline : Sociologie et démographie
  • Identifiant : 2022ULILA003
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 14-03-2022

Résumé en langue originale

À la suite des attentats perpétrés en France au cours des années 2010, la notion de « radicalisation » s’est imposée comme un nouveau lieu commun en matière de lutte contre le terrorisme. Elle a suscité une foisonnante littérature académique, d’intenses débats médiatiques, de multiples déclarations politiques et un important travail parlementaire, en même temps qu’elle a été déclinée sous la forme de politiques publiques déployées sur l’ensemble du territoire national. Pourtant, malgré un intense travail discursif et scriptural, la radicalisation peine à être appréhendée sur des bases stables et partagées. Comment construit-on un ensemble de préconisations politiques et médiatiques à partir d’une notion dénuée de toute définition consensuelle ? Et que se passe-t-il lorsque, de préconisations, la lutte contre la radicalisation se transforme en routines professionnelles ? Pour répondre à ces questions, ce travail s’appuie sur une méthode combinant une analyse des discours publics et une enquête de terrain menée à la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ). En étudiant, à l’aide de quatre corpus de discours publics, les recommandations émises dans les champs politique et médiatique, il revient sur les modalités d’apparition de cette prérogative, restitue les modes de prise en charge et les publics ciblés par ces ambitions. En analysant la déclinaison de la lutte contre la radicalisation à la PJJ au moyen d’entretiens et d’observations, il relève les tensions, les paradoxes et les bouleversements professionnels engendrés par l’apparition de ce nouveau mot d’ordre.

Résumé traduit

Following the terrorist attacks perpetrated in France in the 2010s, the notion of “radicalisation” appears as a commonplace in the fight against terrorism. It has given rise to a great deal of academic literature, intense media debates, numerous political statements and abundant parliamentary work, while at the same time being translated into public policies throughout the French national territory. Yet, despite this intense discursive and scriptural work, “radicalisation” is hardly perceived on stable and shared bases. How do we build a set of political and media recommendations, based on a notion without any consensual definition? And what happens when, from being recommendations, the fight against radicalisation is transformed into a set of work routines? To answer these questions, this work draws on a method combining both a public discourses analysis and field research on the Youth Judicial Protection Service (PJJ). Using four corpora of public discourses, this study traces the context of emergence of this prerogative, the modalities of treatment and the different profiles targeted by these ambitions. By observing the implementation of the fight against radicalisation into the Youth Judicial Protection Service through qualitative interviews and observations, this work underlines the tensions, the paradoxes and the professional disruptions driven by the emergence of this new motto.

  • Directeur(s) de thèse : Loch, Dietmar - Salle, Grégory
  • Président de jury : Zauberman, Renée
  • Membre(s) de jury : Codaccioni, Vanessa - Chantraine, Gilles
  • Rapporteur(s) : Baillergeau, Evelyne - Bonelli, Laurent
  • Laboratoire : Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques
  • École doctorale : École doctorale Sciences économiques, sociales, de l'aménagement et du management (Villeneuve d'Ascq)

AUTEUR

  • Beunas, Clément
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé à l'ensemble de la communauté universitaire