Titre original :

L'Art Brut au féminin : la végétalité à l'oeuvre

Titre traduit :

Art Brut in the feminine : vegetality at work

Mots-clés en français :
  • Art Brut
  • Féminin
  • Végétalité
  • Textile
  • Végétal
  • Processus

  • Dubuffet, Jean (1901-1985) -- Collections d'art
  • Art brut
  • Femmes artistes
Mots-clés en anglais :
  • Art Brut
  • Feminine approach
  • Vegetality
  • Textile
  • Vegetal phenomenon

  • Langue : Français
  • Discipline : Esthétique
  • Identifiant : 2021LILUH027
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 18-10-2021

Résumé en langue originale

Ce travail de recherche suit les trajectoires d’une esthétique de la végétalité qui irradie les créations de certaines femmes de la Collection d’Art Brut de Jean Dubuffet. Le concept de végétalité s’entend dans la diversité de notions et de formes – poussée ornementale, parure, matière, dessin, textile, rhizome – qui composent les créations étudiées. Ce parcours de la végétalité s’initie par un regard posé sur les broderies de Jeanne Tripier et de Juliette Élisa Bataille, il s’attarde sur les robes créées par Marguerite Sirvins, Jeanne Laporte-Fromage et Madge Gill. Ce parcours explore également le déroulé du Cloisonné de théâtre d’Aloïse Corbaz et s’immerge dans les trames scripturaires dessinées de Laure Pigeon, Anna Zemánková et Madge Gill. Cette poussée rythmée par ce phénomène végétal nous amène alors à rencontrer les créatrices d’Art Brut par le biais d’un corps féminin soumis à la clôture de l’espace asilaire, un corps féminin qui s’incarne dans un espace-temps particulier etune mise en forme singulière. Il semblerait que ces créatrices trouvent en ces matériaux et ces gestes souvent décrits comme spécifiquement féminins un réconfort, une mémoire, une identité là où le milieu clos, souvent asilaire, les arrache à une histoire sociale commune aux femmes de leur temps. Ces créations révèlent une communauté de phénomènes de représentations liés à une certaine végétalité nouée de motifs, de fils, et de lignes. Cette végétalité se nourrit à la fois d'un imaginaire féminin quelque peu mythifié et d'une esthétique du déploiement et du lien à l'autre. Cette végétalité traduit une phénoménalité du féminin qui travaille les formes de l’Art Brut et œuvre à la construction identitaire des créatrices que les corps et la vie psychique en souffrance ne laissent pas au repos.

Résumé traduit

This research work follows the trajectory of an aesthetics of vegetality which irradiates the creations of certain women in Jean Dubuffet’s Collection of Art Brut. The concept of vegetality is to be understood as the diversity of notions and forms – ornamental development, adornment, material, design, textile, or rhizome – which make up the creations under study. This pathway via vegetality begins with a look at the embroidery of Jeanne Tripier and Juliette Elisa Bataille, then it lingers on the dresses created by Marguerite Sirvins, Jeanne Laporte-Fromage and Madge Gill. This path also explores the unfurling of Aloïse Corbaz’s Cloisonné de théâtre and takes an in-depth look at the scriptural wefts drawn by de Laure Pigeon, Anna Zemánková and Madge Gill. This trajectory given impulsion by the vegetal phenomenon then brings us to the female creators of Art Brut by way of a female body subject to enclosure within the asylum space, a body incarnated in a particular space-time and a singular shape and form. These female creators find in such materials and gestures, which are often described as specifically feminine, a comfort, a memory and an identity where the closed environment, often an asylum, tears them away from a social history in common with the women of their time. These creations reveal a community of representational phenomena, linked to a certain vegetality bound by motifs, threads, and lines. This vegetality is alimented by both a somewhat mythicized feminine imaginary and an aesthetic of unfolding, of immanence, and of ties to the other. This vegetality translates a feminine phenomenality which operates in the forms of Art Brut and works toward building the identity of women creators whose bodies and suffering psychic life give no rest.

  • Directeur(s) de thèse : Boissière, Anne
  • Président de jury : Creissels, Anne
  • Membre(s) de jury : Brun, Baptiste - Roman, Pascal - Faupin, Savine
  • Rapporteur(s) : Kristensen, Stefan - Schauder, Silke
  • Laboratoire : Centre d'étude des arts contemporains (Villeneuve-d'Ascq, Nord)
  • École doctorale : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord)

AUTEUR

  • Beuvin, Flavie
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé à l'ensemble de la communauté universitaire