Titre original :

Appropriation du concept de démocratie en contexte africain : des impasses au dépassement

Titre traduit :

Appropriation of the concept of democracy in an African context : from dead ends to overcoming

Mots-clés en français :
  • Démocratie
  • Afrique
  • Nation
  • Peuple
  • Libéralisme politique
  • Etat de droit

  • Démocratie
  • Libéralisme
  • État -- Responsabilité
Mots-clés en anglais :
  • Democracy
  • Africa
  • Nation
  • People
  • Political liberalism
  • Rule of law

  • Langue : Français
  • Discipline : Philosophie
  • Identifiant : 2021LILUH021
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 05-07-2021

Résumé en langue originale

L’appropriation d’un concept peut à la fois être l’action « d’adapter » quelque chose ou/et de faire que le concept devienne une « propriété » de quelqu’un. S’approprier un concept c’est déjà reconnaître le manque de celui-ci chez soi et donc attester sa vocation exogène. Dans ces recherches, il s’agit pour « l’Afrique », de s’approprier le concept de « démocratie ». Cet acte d’adoption peut se révéler comme une richesse – mondialisation oblige – mais aussi peut devenir asphyxiant pour celui qui reçoit. C’est l’histoire très complexe du régime démocratique et les cultures africaines, une histoire qui divise les intellectuels africains. La démocratie libérale occupe de nos jours une place de choix dans les réflexions politiques, l’idée qu’elle constitue la meilleure forme de gouvernement est de plus en plus acquise, ne souffre actuellement d’aucune concurrence en politique et fait même l’objet d’une médiatisation mondiale impressionnante. Est-ce pour autant dire qu’elle deviendra une panacée pour l’Afrique ou encore une alternative ? A force de vouloir insérer les hommes dans un horizon universel, peut être synonyme du bonheur ou encore peut générer des malheurs ? Le but de nos recherches est ainsi de penser le concept de démocratie en contexte africain, ce qui appelle un recentrement épistémique nécessaire afin d’une meilleure fécondité de la collaboration des deux concepts : « Afrique et démocratie ». La plupart des chercheurs en philosophie prennent souvent un auteur comme soubassement philosophique qui leur sert de fil conducteur tout au long de leurs recherches, cela ne sera pas le cas ici ; notre soubassement ne sera pas la théorie typique d’un auteur, mais plutôt nous nous engageons sur un terrain très vaste qui est celui de l’élucidation d’un thème, plus précisément celui de la « démocratie et de son appropriation en Afrique » en ayant plus précisément pour laboratoire « l’Afrique noire ». Peut-on parler d’une pratique prometteuse démocratique en Afrique ? L’appropriation de la démocratie dans cette sous-région du monde serait-elle la continuation du processus d’inculcation initié par le colonisateur et donc une idéologie apportée aux Africains ? La démocratie ne semble-t-elle pas un régime en constante évolution de sorte que le concept européen (du 19e et 20e siècles) serait déjà en voie d’être dépassé ? Quelle est la contribution des philosophes et politologues africains ? Proposent-ils une élaboration des formes pratiques d’une démocratie adaptée au contexte africain ou encore optent-ils pour la contribution de l’Afrique à l’évolution générale des pratiques démocratiques dans le monde ?

Résumé traduit

Appropriation of a concept can be both the act of "fitting" something or / and making the concept "property" of someone. Appropriating a concept is already recognizing the lack of it at home and therefore attesting to its exogenous vocation. In this research, it is for "Africa", to appropriate the concept of "democracy". This act of adoption can turn out to be an asset - globalization requires - but also can become suffocating for those who receive. It is the very complex story of democratic rule and African cultures, a story that divides African intellectuals. Liberal democracy now occupies a prominent place in political thinking, the idea that it constitutes the best form of government is more and more accepted, does not currently suffer from any competition in politics and is even the subject of impressive global media coverage. Does this mean that it will become a panacea for Africa or an alternative? By dint of wanting to insert men into a universal horizon, can it be synonymous with happiness or can it generate misfortune?The aim of our research is thus to think about the concept of democracy in an African context, which calls for a necessary epistemic refocusing in order to better fruitfulness of the collaboration of the two concepts: "Africa and democracy". Most researchers in philosophy often take an author as the philosophical foundation that serves as a common thread throughout their research, this will not be the case here; our foundation will not be the typical theory of an author, but rather we engage in a very vast field which is that of the elucidation of a theme, more precisely that of "democracy and its appropriation in Africa" in more precisely having for laboratory “black Africa”.Can we speak of a promising democratic practice in Africa? Would the appropriation of democracy in this sub-region of the world be the continuation of the inculcation process initiated by the colonizer and therefore an ideology brought to Africans ? Doesn't democracy seem like a constantly evolving regime so that the European concept (of the 19th and 20th centuries) is already in the process of being outdated? What is the contribution of African philosophers and political scientists ? Do they propose an elaboration of practical forms of democracy adapted to the African context or do they opt for Africa's contribution to the general evolution of democratic practices in the world ?

  • Directeur(s) de thèse : Canivez, Patrice
  • Président de jury : Mbonda, Ernest-Marie
  • Membre(s) de jury : Doytcheva, Milena
  • Rapporteur(s) : Mbonda, Ernest-Marie - Bobongaud, Stève Gaston
  • Laboratoire : Savoirs, textes, langage (Villeneuve d'Ascq, Nord)
  • École doctorale : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord)

AUTEUR

  • Angoundza Mbella, Armel
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé à l'ensemble de la communauté universitaire jusqu'au 01/12/2022