Titre original :

Le professionnalisme de la main-d’oeuvre et la performance économique de l’entreprise : analyse économétrique des données d’une enseigne française de grande distribution

Titre traduit :

The professionalism of the workforce and the economic performance of the firm : econometric analysis of French retail data

Mots-clés en français :
  • Fonction de Cobb-Douglas
  • Rendements d’échelle
  • Marchés internes du travail
  • Performance économique

  • Grande distribution
  • Grandes surfaces (commerce)
  • Efficience (gestion)
  • Professionnalisme
  • Capital humain
Mots-clés en anglais :
  • Cobb-Douglas
  • Retail
  • Professionalism
  • Economic performance
  • Human capital
  • Internal Labor Markets

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences économiques
  • Identifiant : 2021LILUA025
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 17-12-2021

Résumé en langue originale

Après une phase de forte croissance, suivie d’une phase d’élargissement des bases d’une croissance extensive, l’hypermarché français traverse une crise profonde et est entré dans une phase d’érosion de ses parts de marché à partir de la fin des années 1990. De nombreux facteurs peuvent expliquer ce déclin, mais la concurrence intense par les prix des formats concurrents en demeure la principale cause.Contrairement au modèle traditionnel dominant d’hypermarché fondé sur la concurrence par les prix et l’offre d’un minimum de services du fait d’un libre-service généralisé et systématique, un nouveau modèle qualitatif d'hypermarché semble émerger dans le secteur de la grande distribution alimentaire afin de regagner le terrain perdu. S’il maintient l’appel de la clientèle à l’aide de prix bas via les rayons/secteurs de libre-service, considéré comme une contrainte incontournable, il repose aussi à présent sur la différenciation par la qualité de service à travers les rayons/secteurs de vente assistée. Le succès de ce modèle nécessite par conséquent une augmentation du niveau de professionnalisme de la main-d’œuvre.Si les hypothèses centrales des théories du capital humain et des marchés internes du travail suggèrent que le professionnalisme des salariés a un effet positif sur la performance économique de l’entreprise, ce lien direct dans le cas des hypermarchés fait toutefois rarement l’objet d’une vérification empirique. Pour mettre en évidence empiriquement ce lien, nous avons analysé économétriquement, en utilisant une fonction de production Cobb-Douglas, le rapport existant entre la performance commerciale et le degré de professionnalisme de la main-d’œuvre dans les différents secteurs commerciaux (1043) des 119 hypermarchés d’une enseigne française de la grande distribution alimentaire.Les résultats de l’analyse empirique sont riches et originaux et intéresseront tant les spécialistes de l’économie de la distribution que les gestionnaires. Les données montrent principalement le lien incontestablement positif entre le professionnalisme et la performance économique des différents secteurs commerciaux, et cela, paradoxalement, qu’il s’agisse des ceux en libre service ou en vente assistée. Ils soutiennent ainsi l’hypothèse selon laquelle la hausse de la qualité de service peut être une stratégie payante pour les hypermarchés. Ils montrent également l’existence d’un modèle alternatif de GRH où les employés du secteur de la grande distribution accumulent plus de capital humain et sont plus qualifiés. Ces résultats sont importants, ils doivent conduire à inciter les acteurs du secteur à investir dans la professionnalisation de leur main-d’œuvre et confirment l’intérêt d’offrir aux salariés, dans le cadre d’un marché interne actif, des perspectives de progression de leur situation et de leur rémunération. Ils sont un argument, pour les dirigeants de ces groupes, en faveur d’une stratégie de « montée en gamme par la qualité » comme voie de sortie de la crise actuelle du modèle classique de l’hypermarché. Enfin, cette thèse fournit aux chercheurs une approche méthodologique pertinente et met en évidence de nombreuses contributions aux champs théoriques et empiriques, ainsi que des recommandations managériales pour les firmes de distribution.

Résumé traduit

After a phase of strong growth, followed by a phase of broadening the basis for extensive growth, the French hypermarket is going through a deep crisis and has entered a phase of erosion of its market share since the end of the 1990s. Many factors can explain this decline, but intense price competition from competing formats remains the main cause.Contrary to the traditional dominant hypermarket model based on price competition and the offer of a minimum of services due to a generalized and systematic self-service, a new qualitative hypermarket model seems to be emerging in the food retail sector in order to regain lost ground. If it maintains the appeal of the customers with low prices via the self-service floors/sectors, considered as an unavoidable constraint, it is now also based on the differentiation by the quality of service through the assisted sales floors/sectors. The success of this model therefore requires an increase in the level of professionalism of the workers.While the central hypotheses of human capital and internal labor market theories suggest that employee professionalism has a positive effect on the firm economic performance, this direct link in the case of hypermarkets is rarely verified empirically. In order to empirically demonstrate this link, we have analyzed econometrically, using a Cobb-Douglas production function, the relationship between business performance and the degree of professionalism of the workers in the different sectors (1043) of 119 hypermarkets of a French retailer firm.The results of the empirical analysis are rich and original and will be of interest to distribution economics specialists as well as to managers. The data mainly show the undeniably positive link between the professionalism and the economic performance in the different commercial sectors, and this, paradoxically, whether it is self-service or assisted sales. They thus support the hypothesis that increasing service quality can be a profitable strategy for hypermarkets. They also show the existence of an alternative model of HRM where hypermarket employees accumulate more human capital and are more qualified. These results are important. They should lead to an incentive for retail players to invest in the professionalization of their workforce and confirm the interest in offering employees, within the framework of an active internal market, prospects for career development and their remuneration. They are also an argument, for the leaders of these groups, in favor of a strategy of "upmarket through quality" as a way out of the current crisis of the classic hypermarket model. Finally, this thesis provides researchers a relevant methodological approach and highlights numerous contributions to theoretical and empirical fields, as well as managerial recommendations for retail firms.

  • Directeur(s) de thèse : Vaneecloo, Nicolas - Richard, Sébastien
  • Président de jury : Bustreel, Anne
  • Rapporteur(s) : Gallouj, Camal - Petit, Héloïse
  • Laboratoire : Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques
  • École doctorale : École doctorale Sciences économiques, sociales, de l'aménagement et du management (Villeneuve d'Ascq)

AUTEUR

  • Naamane, Farouk
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé à l'ensemble de la communauté universitaire jusqu'au 09/01/2027