Titre original :

Acteurs et projets de déploiement d’infrastructures de recharge pour voitures électriques : la construction de territoires de l’automobile électrique dans la région Hauts-de-France

Titre traduit :

Electric vehicle charging station projects and stakeholders : creating electric mobility in the Hauts-de-France region

Mots-clés en français :
  • Planification urbbaine
  • Réseaux techniques
  • Stations de recharge

  • Automobiles électriques
  • Réseaux (aménagement du territoire)
  • Chargeurs de batteries
Mots-clés en anglais :
  • Urban planning
  • Technical networks
  • Charging stations

  • Langue : Français
  • Discipline : Aménagement de l'espace, urbanisme
  • Identifiant : 2021LILUA012
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 23-09-2021

Résumé en langue originale

Depuis 2010, la promotion de la mobilité électrique est inscrite à l’agenda des gouvernements français et européens. En France, des mesures incitatives à l’achat d’une voiture électrique ont été instaurées afin de lever des verrous financiers et psychologiques. Le déploiement d’une infrastructure de recharge ouverte au public répond, par exemple, à un frein psychologique majeur, la « peur de la panne », c’est-à-dire l’appréhension de ne pas pouvoir recharger son véhicule en dehors de chez soi en cas d’urgence. À ce titre, l’infrastructure de recharge ouverte au public a connu, en dix ans, une forte croissance. Notre travail de thèse en aménagement de l’espace et urbanisme consiste ainsi à documenter l’essor de cet équipement, en nous appuyant sur le cas de la Région Hauts-de-France. Trois parties structurent la thèse. La première partie décrit la construction d’un système automobile renouvelé autour de la voiture électrique. Dans ce système, qui permet à l’automobile de conserver une place dans la ville durable, nous plaçons l’infrastructure de recharge comme clé de voûte et, à l’aide de ressources conceptuelles et méthodologiques issues de la littérature des réseaux, nous proposons une méthode d’analyse de ce nouveau service. Celle-ci combine le traitement de données quantitatives, à l’origine des cartographies, mais également qualitatives, composées d’entretiens semi-directifs menés auprès des acteurs régionaux de la mobilité électrique. La seconde partie présente l’état des lieux de la diffusion des stations de recharge dans la région Hauts-de-France. L’infrastructure est un service urbain, déployé par une multiplicité d’acteurs dans les espaces densément urbanisés et peuplés de la région. Nous avons approfondi le fonctionnement et les choix de gouvernance des réseaux publics de recharge : ces choix ont influencé la localisation des réseaux d’infrastructures ainsi que les registres de justification préalables au déploiement : service public indispensable pour les uns et moteur de la croissance économique pour les autres. La troisième et dernière partie nous permet de prendre du recul vis-à-vis des résultats exprimés en seconde partie. Nous avons ainsi classé les acteurs du projet d’infrastructure en 9 catégories et présenté leur degré de relation. La réforme territoriale avec la fusion des régions opérée en 2016 a conduit les acteurs publics à trouver les moyens de coordonner leur offre de recharge : l’interopérabilité des réseaux et la diffusion d’un badge d’accès commun comptent parmi les outils actuels d’harmonisation des politiques régionales de mobilité électrique. Cette partie se termine par la présentation de données d’usage qui interrogent les liens entre pratiques des utilisateurs et localisation des stations de recharge. Ce travail de thèse examine le développement d’une nouvelle infrastructure destinée à l’automobiliste, mais soutenue par les pouvoirs publics dans le cadre d’une transition énergétique des mobilités. Entre renforcement du système automobile et soutien aux motorisations alternatives, l’infrastructure de recharge tend à élargir le périmètre d’action des collectivités territoriales en matière de transport. Elle soulève également des enjeux politiques et symboliques : la station de recharge valorise l’action des acteurs publics tout en donnant une image innovante d’un territoire. L’installation d’une infrastructure de recharge ouverte au public est considérée dans la thèse comme un projet d’aménagement du territoire intégré dans la planification locale et conçu comme un nouveau service de mobilité. Nous montrons que les fonctionnalités de l’infrastructure ont été décuplées grâce à l’action conjointe des collectivités et des entreprises des technologies de l’information et de la communication. La station de recharge est à l’image d’une transition numérique des mobilités : en tant qu’objet connecté, elle ouvre la voie à de nouveaux usages de la voiture et de l’énergie.

Résumé traduit

Since 2010, the promotion of electric mobility has been on the agenda of French and European governments. In France, new electric car related incentives have been introduced to remove financial and psychological deterrents. The deployment of an open charging infrastructure remedies a major psychological barrier called the "range anxiety". It refers to the fear of not being able to charge your car away from home in case of emergency. For that matter, the open charging infrastructure has experienced a strong growth within the last ten years. Our thesis in urban planning consists in documenting the growth of this equipment on a regional scale (Hauts-de-France region). Our thesis is divided into three parts. The first part describes the construction of a renewed automobile system around the electric car. The charging infrastructure, which is now part of the “sustainable city”, is the cornerstone of that system. To analyze this new service, we resorted to conceptual and methodological resources stemming from the “network literature”. This method combines the processing of quantitative data, used for maps, and qualitative data, gathered through semi-directive interviews featuring major regional actors, specialized in electric mobilities. The second part presents an overview of the charging stations’ distribution in the Hauts-de-France region. The infrastructure is an urban service, deployed by a multiplicity of actors in the most densely urbanized and populated areas of the region. Then, we dwelled on the organization’s decision-making processes for public charging networks. Those processes have directly influenced the implementation of the infrastructure network and its political goals. The infrastructure network’s deployment is considered an essential new public service for some, and paves the way for industrial growth for others. In the third part, we discuss the results we found in our second part. Based on our interviews, we classified the infrastructure project actors into nine categories and described their relationships. The 2016 French regional reform encouraged public actors to coordinate their charging offer. Network interoperability and the use of a common access badge are major tools meant to reinforce the consistency of regional electric mobility policies. This third part concludes with the presentation of some usage data that question the links between user practices and the location of charging stations. In a context of energy and mobility transitions, public authorities financially supported a new infrastructure intended for car drivers. The charging infrastructure extends local authorities’ scope from public transports to individual automotive mobilities. It also raises political and symbolic issues: the charging station enhances the action of public actors while promoting innovative local governments. In this thesis, the installation of an open charging infrastructure is considered an urban planning project integrated in the local planning documents and conceived as a new mobility service. Over the past ten years, infrastructure’s functionalities have increased substantially thanks to the joint action of local authorities and Tech companies. The charging station stands for the digital transition of mobility: as a connected object, it makes way for new uses of cars and energy.

  • Directeur(s) de thèse : Deboudt, Philippe - Castex, Elodie - Frère, Séverine
  • Président de jury : Baron-Yellès, Nacima
  • Membre(s) de jury : Sajous, Patricia - Bouscayrol, Alain
  • Rapporteur(s) : Chapelon, Laurent - Debrie, Jean
  • Laboratoire : Territoires, Villes, Environnement & Société - Territoires- Villes- Environnement & Société - ULR 4477 / TVES
  • École doctorale : École doctorale Sciences économiques, sociales, de l'aménagement et du management (Villeneuve d'Ascq)

AUTEUR

  • Frotey, Julia
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre