Titre original :

Événementialisation des politiques culturelles locales et politisation de la culture : le cas de Lille 2004, capitale européenne de la culture

Titre traduit :

Major events in local cultural policies and politicization of culture : Lille 2004, European capital of culture

Mots-clés en français :
  • Capitales européennes de la culture

  • Lille3000
  • Événements spéciaux
  • Politique culturelle
  • Spectacles et divertissements
  • Langue : Français
  • Discipline : Sociologie
  • Identifiant : 2020LIL1A009
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 20-11-2020

Résumé en langue originale

Cette thèse propose une analyse sociohistorique de l’événement Lille 2004, capitale européenne de la culture, de sa genèse locale dans les années 1980-1990 jusqu’à ses répercussions contemporaines sur la politique culturelle lilloise et sur certains professionnels qui concourent à sa production. Elle montre que, par-delà les retombées territoriales et économiques, qui sont inlassablement revendiquées à défaut d’être précisément documentées, ces grands événements s’accompagnent de transformations plutôt localisées du côté de la production des politiques publiques de la culture, invitant à aller voir leurs conditions de fabrication et les processus de politisation attenants. Cette recherche repose notamment sur une analyse documentaire menée à partir d’un corpus varié (au premier chef des archives municipales et nationales intégralement inédites), la conduite d’entretiens avec différentes catégories d’acteurs investis dans l’organisation de Lille 2004 et/ou dans l’élaboration de la politique culturelle lilloise, ainsi que des observations directes au cours des événements d’une édition triennale de Lille 3000, puis au sein du pôle culturel de la ville de Lille. A rebours du récit performatif valorisant l’idée d’un « tournant » pour l’action publique locale et le développement territorial, la thèse montre d’abord que l’événement procède de mobilisations antérieures d’acteurs locaux et s’inscrit dans le prolongement d’actions culturelles initiées sous la mandature de Pierre Mauroy. La seconde partie de la thèse montre que, loin de se limiter à une « affaire territoriale » résultant du seul investissement d’élus, représentants patronaux, ou programmateurs culturels, lesquels sont particulièrement enclins à mettre en scène leur capacité d’initiative, l’opération Lille 2004 est rendue possible par et négociée avec l’Etat. Enfin, il s’agit d’appréhender dans la troisième partie certains « effets », généralement passés sous silence, de cette réorientation de la politique culturelle post Lille 2004. Nous examinons à cette fin la restructuration de la direction générale de la culture de la ville de Lille et les reconfigurations professionnelles qui l’accompagnent, l’occasion de montrer combien la culture devient l’objet d’une politisation accrue. L’activité des agents du pôle culturel municipal est ainsi marquée par une « double dépendance » à l’égard de ces élus et des professionnels de la culture de l’association Lille 3000, ce que donne à voir la confrontation des ethos professionnels.

Résumé traduit

This thesis proposes a sociohistorical analysis of the event Lille 2004, European Capital of Culture, of its local genesis in the 1980s-1990s until its contemporary repercussions on Lille’s cultural policy and on certain professionals involved in its production. It shows that, in addition to the territorial and economic benefits, which are tirelessly claimed if not precisely documented, these major events are accompanied by transformations rather localized on the side of the production of cultural public policies, inviting to go to see their conditions of manufacture and the accompanying processes of politicization. This research is based in particular on a documentary analysis conducted from a varied corpus (first of all, on municipal and national archives entirely unpublished), conducting interviews with different categories of actors involved in the organisation of Lille 2004 and/or in the elaboration of Lille cultural policy, as well as direct observations during the events and openings of a triennial edition of Lille 3000, then in the cultural office of Lille city. In contrast to the performative narrative highlighting the idea of a “turning point” for local public action and territorial development, the thesis first shows that the event proceeds from previous mobilizations of local actors and is part of the extension of cultural actions initiated under the mandate of Pierre Mauroy. The second part of the thesis shows that, far from being limited to a « territorial affair » resulting solely from the investment of elected officials, management representatives, or cultural programmers, who are particularly inclined to stage their capacity for initiative, Lille 2004 is made possible by and negotiated with the State. Finally, it is necessary to comprehend in the third part some « effects », generally ignored, of this reorientation of the cultural policy post Lille 2004. We thus examine the restructuring of the Directorate-General for Culture of Lille city and the pertaining professional reconfigurations, an opportunity to show how much culture is becoming the object of increased politicization. The activity of the agents of the municipal cultural pole is thus marked by a « double dependence » with regard to these elected officials and the professionals of culture of the association Lille 3000, which suggests the confrontation of professional ethos.

  • Directeur(s) de thèse : Fleuriel, Sébastien - Poulard, Frédéric
  • Laboratoire : Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques
  • École doctorale : École doctorale Sciences économiques, sociales, de l'aménagement et du management (Villeneuve d'Ascq)

AUTEUR

  • Dusseaux, Damien
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès libre