Titre original :

Assessing the Sense of Self

Titre traduit :

Mesurer le vécu identitaire subjectif

Mots-clés en français :
  • Vecu identitaire
  • Neuropsychologie
  • Maladie d'Alzheimer
  • Demence

  • Alzheimer, Maladie d'
  • Neuropsychologie
Mots-clés en anglais :
  • Sense of self
  • Neuropsychology
  • Alzheimer's disease
  • Dementia

  • Langue : Anglais
  • Discipline : Psychologie
  • Identifiant : 2018LIL3H043
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 10-12-2018

Résumé en langue originale

Peut-il y avoir une science du vécu identitaire ? Si la science est l’étude objective de principes généraux, le vécu identitaire subjectif peut-il être décrit, quantifié et conceptualisé en termes scientifiques ? De précédents travaux suggèrent que le vécu identitaire est associé à la qualité de vie, la dépression et le suicide (Nizzi et al., 2012). Pourtant, les professionnels de santé n’ont à ce jour aucun outil fiable à leur disposition pour évaluer le vécu identitaire de leurs patients. Développer des outils psychométriques informatifs et largement utilisables pourrait contribuer à de nouvelles perspectives théoriques, diagnostiques et cliniques pour le traitement des pathologies rencontrées fréquemment en consultation de neuropsychologie. Mon but est de développer une approche empirique du vécu identitaire, telle qu’elle soit utile au clinicien. Dans cette thèse, nous présentons trois éléments de ce programme de recherche, centré sur les démences neurodégénératives. L’Etude 1 explore l’impact du contexte culturel sur la représentation sociale de la maladie d’Alzheimer (MA). L’Etude 2 caractérise l’impact de la MA à trois stades de détérioration cognitive sur quatre marqueurs du vécu identitaire. Enfin, nous présentons le développement et la validation d’un nouvel outil neuropsychologique destiné à évaluer le vécu identitaire : les fluences verbales identitaires (Etude 3).

Résumé traduit

Can there be a science of the sense of self? If science is the objective study of general principles, beyond the particularities of individuals, can the subjective sense of self ever be described, measured, and modeled in scientific terms? Prior work suggests that the patients’ subjective experience of their identity may be associated with important health outcomes, such as quality of life, depression, and suicide ideation (Nizzi et al., 2012). Yet, clinicians do not have reliable measures to assess the sense of self of their patients. Developing informative, implementable psychometric tools to assess the sense of self may provide a novel perspective on our conceptualization, diagnosis and treatment of multiple conditions frequently seen in neuropsychology consults. My aim is to develop an empirical, clinically-relevant approach to assessing the sense of self.This dissertation presents three components of this line of research. Study 1 examines the context-dependence of the ways in which Alzheimer’s disease (AD) is represented by non-specialists in two different cultural settings, Paris and Boston. Study 2 investigates how four components of the sense of self (self-knowledge, mirror self-recognition, the bodily distinction between self and other, and self- reported age) vary across three stages of AD. Building on this earlier work, Study 3 reports on the development, validation and first clinical application of a new tool to assess the sense of self, called the Verbal Self Fluency task.

  • Directeur(s) de thèse : Moroni, Christine - Nock, Matthew K
  • Président de jury : McLaughlin, Kate
  • Membre(s) de jury : Moroni, Christine - Nock, Matthew K - McLaughlin, Kate - Tzourio, Christophe - Marx, Brian P.
  • Rapporteur(s) : Tzourio, Christophe - Marx, Brian P.
  • Laboratoire : Psychologie : interactions, temps, émotions, cognition (Villeneuve d'Ascq, Nord)
  • École doctorale : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord)

AUTEUR

  • Nizzi, Marie-Christine
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification