Titre original :

Accès à l'espace public des minorités ethnoraciales et "blanchité" : la construction du sujet de la nation française dans la médiatisation de "Ni Putes ni Soumises" et du Mouvement des "Indigènes de la République" dans la presse quotidienne nationale dite « de référence » (le Figaro, le Monde, Libération) et dans les journaux télévisés de TF1, France 2 et France 3

Titre traduit :

The Access of Ethnoracial Minorities to the Public Sphere and « Whiteness » : the Construction of the Subject of the French Nation in the Media Coverage of ni Putes ni Soumises and the Mouvement des Indigènes de la République in the National Daily Press of "Reference" (le Figaro, le Monde, Libération) and in the Television News of TF1, France 2 and France 3

Mots-clés en français :
  • Médias
  • Espace public
  • Reconnaissance sociale
  • Blanchité
  • Identité
  • Mouvements sociaux
  • Minorités ethnoraciales
  • Télévision
  • Presse écrite
  • Identité antionale
  • Genre

  • Médias et minorités
  • Minorités
Mots-clés en anglais :
  • Media
  • Public sphere
  • Social recognition
  • Whiteness
  • Identity
  • Social movements
  • Ethnoracial minorities

  • Langue : Français
  • Discipline : Sciences de l'information et de la communication
  • Identifiant : 2012LIL30050
  • Type de thèse : Doctorat
  • Date de soutenance : 12-11-2012

Résumé en langue originale

Cette thèse porte sur la régulation de l’accès à l’espace public des mouvements sociaux représentant les minorités ethnoraciales par l’identité collective de la Nation française. Elle interroge en particulier les processus d’ethnoracialisation des groupes sociaux représentés dans les médias d’information généraliste (les « blancs » et les « non-blancs ») ainsi que la manifestation de la blanchité (whiteness) comme rapport de pouvoir. Elle est basée sur l’étude, effectuée dans une perspective constructiviste d’analyse de discours, de la médiatisation de deux collectifs protestataires, Ni putes ni soumises (mouvement créé en 2002 pour lutter contre les violences de genre dans les banlieues françaises) et le Mouvement des Indigènes de la République (collectif né en 2005 pour dénoncer les discriminations systémiques dont souffrent les personnes issues de l’immigration postcoloniale), dans la presse quotidienne nationale dite « de référence » (le Figaro, le Monde et Libération) et au sein des journaux télévisés de TF1, France 2 et France 3.Cette thèse s’appuie notamment sur les théoriciens de la reconnaissance sociale et la notion foucaldienne de « sujet » ainsi que sur les résultats des méthodes quantitatives et qualitatives effectuées sur corpus. L’analyse, pour chaque groupe protestataire, de son processus d’événementialisation au regard de celle de son identité socio-discursive représentée dans les médias, a montré qu’à l’intérieur de la couverture médiatique de Ni putes ni soumises et du Mouvement des Indigènes de la République, se construit implicitement le Sujet de la Nation française. Ce Sujet, « citoyen modèle » de la communauté nationale en partie défini par son genre et son attribut ethnoracial, circonscrit l’accès à la visibilité sociale des mouvements de protestation et leur possibilité de participer au débat public.

Résumé traduit

This thesis focuses on the regulation of the access to the public sphere of social movements representing ethnoracial minorities by the collective identity of the French nation. It discusses in particular the ethnoracialisation processes of social groups (the “white” and the “non-white”) represented in the mainstream media and the manifestation of whiteness as a relation of power.It is based on the study, in a constructivist approach to discourse analysis, of the media coverage of two protest groups, Ni putes ni soumises (Neither whores nor submissive, a movement created in 2002 to fight against gender violence in the French working-class suburbs) and the Mouvement des Indigènes de la République (Movement of the Indigenous of the Republic born in 2005 to denounce the systemic discriminations against people of postcolonial immigrant origin), in the national daily press of “reference” (le Figaro, le Monde and Libération) and within the television news of TF1, France 2 and France 3.This thesis is mainly based on the theorists of social recognition, the foucauldian notion of “subject”, and the results of quantitative and qualitative methods conducted on the corpus. The analysis, for each protest group, of its process of becoming-event in relation with its socio-discursive identity represented in the media, showed that within the media coverage of Ni putes ni soumises and the Mouvement des Indigènes de la République, the Subject of the French nation is implicitly built. This subject, the “model citizen” of the national community, who is partly defined by its gender and its ethnoracial attribute, limits and defines the protest groups access to social visibility and their ability to participate in the public debate.

  • Directeur(s) de thèse : Noyer, Jacques
  • Président de jury : Lochard, Guy
  • Membre(s) de jury : Noyer, Jacques - Lochard, Guy - Coulomb-Gully, Marlène - Tétu, Jean-François - Gellereau, Michèle
  • Rapporteur(s) : Coulomb-Gully, Marlène - Tétu, Jean-François
  • École doctorale : École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Villeneuve d'Ascq, Nord)

AUTEUR

  • Dalibert, Marion
Droits d'auteur : Ce document est protégé en vertu du Code de la Propriété Intellectuelle.
Accès réservé aux membres de l'Université de Lille sur authentification